Aller au contenu principal

Blé semé au printemps, quel itinéraire technique ?

Cette année, compte tenu des mauvaises conditions d’implantations liées à excès d’eau hivernal, un grand nombre de semis ont dû être retardés et certaines parcelles ne sont d’ailleurs toujours pas implantées. Les emblavements peuvent alors évoluer avec un basculement vers des cultures de printemps (orge de printemps, maïs ou blé de printemps). Retour sur les points clefs de l’itinéraire technique d’un blé semé au printemps.

S’il n’est pas trop tard pour des semis de blé, des recommandations sont à respecter pour ne pas compromettre le futur rendement.
S’il n’est pas trop tard pour des semis de blé, des recommandations sont à respecter pour ne pas compromettre le futur rendement.
© J.-C. Gutner



Le potentiel de rendement est plus faible qu’en culture d’hiver (20 à 25 % de moins) du fait d’un cycle plus court et décalé vers des périodes plus exposées au stress hydrique et autres excès thermiques. La phase de tallage plus réduite et l’enracinement plus superficiel impliquent que la phase de montaison à épis est une des périodes cruciales (sensibilité accrue à la sécheresse, à éviter en sols superficiels). La concurrence des adventices habituelles et le risque verse sont moins élevés. Concernant les maladies, la pression est globalement moins forte sur les blés tendres. Pour dégager une marge correcte, il en découle une adaptation nécessaire des intrants (fertilisation azotée, fongicides, régulateurs).

Choisir une variété adaptée à la date de semis
Les dates optimales de semis débutent au 15 février pour se terminer au 15 mars, au-delà, le potentiel de rendement décroît rapidement. Entre le 15 janvier et le 1er mars, il faut progressivement écarter les variétés hiver, 1⁄2 hiver et 1⁄2 alternatives qui risquent d’être trop tardives pour réaliser leur cycle dans de bonnes conditions.
À partir du 1er mars, les variétés implantées doivent être à la fois alternatives ou dites de printemps (note d’alternativité ≥ 7) et précoces à épiaison. Une variété non alternative semée au printemps risque de ne pas monter à épis ou d’épier trop tardivement si le printemps est chaud et que les besoins en vernalisation ne sont pas satisfaits.

Conditions d’implantation
Pour ce type d’implantation de printemps, les conditions au moment des semis sont cruciales pour assurer un enracinement satisfaisant, compte tenu de la sensibilité à la levée et de la durée de tallage réduite. Éviter le labour est souvent souhaitable (pour réaliser une implantation superficielle dans la zone ressuyée), mais pas toujours possible à cause des rémanences d’herbicides appliqués dans le cas de culture détruite, ou en cas d’hiver aussi humide que cette année.

Densités de semis
Les densités de semis doivent être soutenues pour compenser le faible tallage en semis de printemps. En revanche, les pertes à la levée sont normalement réduites (moins d’hydromorphie et de gel, moindre présence de limaces). Il faut toutefois viser au moins 300 à 400 grains/m2. En sol superficiel et caillouteux, les semis précoces sont à privilégier et ces densités à majorer de 15 % environ.

Traitement des semences
Une protection fongicide minimale reste nécessaire vis-à-vis de pathogènes portés par la semence et/ou présents dans le sol, comme par exemple les fusarioses. Le risque pucerons est fortement réduit au printemps ; en cas de forte infestation, il pourra être géré avec un traitement insecticide en végétation (au seuil de risque).

Fertilisation azotée et soufrée
Comme pour les blés d’hiver, la dose totale d’azote est calculée en fonction de l’objectif de rendement et des fournitures du sol. Le reliquat sortie hiver peut être pris en compte, en adaptant la date de prélèvement au cycle et aux besoins décalés. De la même façon, les postes minéralisation et précédent sont identiques à ceux pris en compte pour un semis d’hiver. Les différences avec une céréale d’hiver correspondent à un objectif de rendement moindre et l’absence d’azote absorbé sortie hiver, et un enracinement moindre d’où des besoins plus précoces en terme de cycle. Le fractionnement en trois apports est conseillé tant pour le rendement que pour la qualité. Positionner un premier apport entre le semis et 2 feuilles (50 unités), le dernier apport adapté à la variété (40-50 unités vu la dose totale à appliquer) entre 2 nœuds et le stade dernière feuille étalée et le complément au stade épi 1 cm.
Comme les cultures d’hiver, les blés de printemps peuvent malgré tout être pilotés grâce aux outils. Concernant le soufre, la gestion de cet élément est identique à celle des céréales d’hiver, mais le cycle se déroulant plus tardivement, avec des températures plus élevées, les besoins (qui sont précoces) sont mieux couverts par la minéralisation du sol.

Désherbage
Les parcelles sont souvent plus propres en graminées au printemps en lien avec la biologie des adventices. Il convient d’être vigilant concernant les herbicides homologués sur blés de printemps, car ils sont moins nombreux que sur céréales d’hiver et les doses peuvent être réduites. La plupart des racinaires sont interdits et il faut donc composer avec les sulfonylurées. La flore dicotylédone pourra être plus abondante que les graminées, mais sa gestion est moins complexe et facilement maîtrisée courant tallage.

Maladies
Compte tenu de la date de semis, le risque piétin verse est négligeable et ne nécessite pas de traitement spécifique. Le risque est également réduit pour la septoriose et une intervention est rarement utile avant le stade dernière feuille étalée. La rouille brune et la fusariose doivent être surveillées sur variétés sensibles en suivant le raisonnement habituel d’un semis d’automne.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde