Aller au contenu principal

Faits divers
Braquage d'un train de céréales en Bretagne : deux millions de pertes

La préfecture du Morbihan a condamné le 20 mars l’attaque la veille d’un train transportant des céréales pour l’alimentation animale par un commando d’activistes. Le préjudice est jugé « lourd ».

© Extinction Rébellion - Capture d'écran (vidéo)

Passée l’indignation, les heures qui ont suivi l’attaque d’un train transportant des céréales près de Pontivy, dans le Morbihan, samedi 19 mars ont été consacrées au chiffrage des conséquences de cet acte. Résultat : la mise en place d’un poste de commandement opérationnel en sous-préfecture de Pontivy pour coordonner les opérations de dégagement de la voie de chemin de fer sur laquelle les faits ont été commis.

Gendarmes, pompiers, SCNF, collectivités et entreprises sont mobilisées jusqu’à aujourd’hui pour « mettre en place des solutions et assurer la mise en sécurité de la rame, la récupération du blé et le rétablissement de la circulation », a indiqué la préfecture du Morbihan, le 20 mars. Côté circulation, une déviation a dû être mise en place jusqu’à ce mardi matin pour récupérer le blé qui s’est répandu sur la voie de chemin de fer.

Selon le parquet de Lorient, où ont été déposées de multiples plaintes, ce ne sont pas moins de 1 390 tonnes de blé qui ont détruites samedi dernier, parce que « rendues impropres à toute destination ». Selon le procureur Stéphane Kellenberger, le préjudice avoisine « les deux millions d’euros ».

Chacun dans leur communication, préfet du Morbihan et parquet de Lorient ont dénoncé « un acte de gaspillage alimentaire scandaleux au moment même où la France doit consolider sa capacité de production nourricière dans un contexte international difficile ».

L’attaque de ce train, qui convergeait samedi 19 mars, vers une usine de fabrication d’aliment pour les animaux appartenant à Sanders, a été revendiquée par le groupe d’activistes Extinction Rébellion et le collectif « Bretagne contre les fermes usines ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde