Aller au contenu principal

Faits divers
Des activistes écolos pillent un train de céréales : 1500 tonnes perdues

L’action militante, qui s’est déroulée samedi 19 mars au matin en Bretagne, est revendiquée par le mouvement de désobéissance civile Extinction Rébellion et le collectif « Bretagne contre les fermes-usines ». Profession agricole et pouvoirs publics font part de leur indignation.

La scène filmée et diffusée en live sur les réseaux sociaux fait penser à un mauvais braquage : mur de parpaings érigé sur la voie ferrée, fumigènes rouges, personnes dissimulées sous des masques et des combinaisons, un train qui s’arrête et dont le chargement fini par être déversé sur le sol, après avoir été braqué.

En quelques minutes, hier matin près de Pontivy dans le Morbihan (56), un groupe de personnes – les médias locaux évoquent une cinquantaine de participants - du collectif « Bretagne contre les fermes-usines » soutenu par le mouvement Extinction Rebellion s’en est pris à un train livrant des céréales. Le chargement était destiné à une usine de fabrication d’aliments pour animaux du groupe Sanders. Environ 1 500 tonnes de céréales ont été ainsi détruites.

« En déversant ces céréales destinées à l'alimentation d'une partie du cheptel breton, nous symbolisons le lien au sol à recréer dans notre agriculture, le lien à la terre bretonne, cette même terre qui ne peut pas supporter les incidences de l'élevage d'un si grand nombre d'animaux », a expliqué le collectif « Bretagne contre les fermes-usines », sur sa page Facebook, pour justifier son opération commando.

Indignation

Suite à la diffusion des images de cette action, les réactions d’indignation ont été nombreuses. Parmi elles, celle d’Intercéréales, l’interprofession des céréales, qui qualifie cette opération d’ « intolérable » : « Alors même que le monde mesure jour après jour les conséquences de la guerre en Ukraine sur les risques d’approvisionnement en céréales. Alors même que la FAO s’inquiète sur la capacité de de nombreux pays à nourrir leurs populations dans les prochains mois. Alors même que les éleveurs français ont besoin d’aides d’urgence afin de pouvoir continuer à nourrir leurs animaux. La filière céréalière française dénonce une action intolérable et alerte sur les conséquences que pourraient avoir ce type d’actions sur les consommateurs français, ainsi que sur les populations des pays pour lesquels l’approvisionnement en blé est vital », peut-on lire dans un communiqué.

Dans le courant de la journée du 19 mars, le Conseil agricole de Bretagne s’est indigné « de l'indécence et de l'inconséquence de militants déconnectés des réalités, agissant contre l'intérêt général », en réclamant « la fermeté des pouvoirs publics face à des personnes qui détruisent notre capacité à nourrir ». La présidente de la FNSEA a pour sa part dénoncé dans un tweet un acte « honteux » : « Alors que la guerre entre la Russie et l’Ukraine démontre les tensions sur les livraisons de blé et que l’Onu redoute un ouragan de famines, des activistes aux ventres pleins détruisent votre alimentation en toute impunité, à visage découvert », s’insurge Christiane Lambert qui demande « une justice rapide et ferme pour ces délinquants ».

« La justice doit passer »

Du côté des politiques, les réactions n’ont pas non plus tardé pour condamner ce gâchis. Porte-parole de la candidate Valérie Pécresse sur les questions agricoles, le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand dénonce « des pseudos écologistes (…) alors que nos agriculteurs souffrent ». et de demander lui aussi à la justice « d’être ferme pour mettre un coup d'arrêt à cet agribashing qui monte dans notre pays ».

Message de soutien à la filière céréalière et aux agriculteurs du président de la Région Hauts-de-France, et porte-parole sur l'agriculture de la candidate à la présidentielle Valérie Pécresse.
© Twitter

Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a réagi en qualifiant l’opération de « simplement inadmissible », mais aussi « totalement irresponsable » : « détruire des productions de céréales alors que beaucoup de pays en manquent en ce moment... c’est affligeant. La justice doit passer », a-t-il déclaré.

Julien Denormandie qualifie d'"inadmissible" l'action menée samedi 19 contre un train de céréales, en Bretagne.
© Twitter
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde