Aller au contenu principal

Bruxelles et Washington règlent définitivement leur différend sur le boeuf

L'UE et les Etats-Unis ont signé un accord pour régler définitivement leur ancien contentieux portant sur les exportations de bœuf américain, a annoncé Donald Trump le 2 août en qualifiant l'accord «d'avancée majeure».

L'accord de principe avait été annoncé mi-juin. La querelle sur le bœuf aux hormones remontait à 1988, quand l'Europe a interdit l'importation de viande bovine issue d'animaux auxquels ont été administrés des hormones de croissance. En représailles, et en accord avec une décision de l'OMC, les Etats-Unis avaient imposé en 1999 des sanctions douanières sur certains produits du terroir. Aux termes d'un compromis en 2009 (amendé en 2014), les Etats-Unis avaient finalement levé leurs sanctions et l'UE ouvert un quota d'importation de bœuf étranger «de haute qualité», incluant le bœuf américain, tout en maintenant son veto sur le bœuf aux hormones.

Mais ce quota a surtout été utilisé par d'autres pays producteurs de bœuf, ce qui a conduit fin 2016 l'administration Obama à menacer l'UE de rétablir les droits de douane de 1999. La renégociation de ce mémorandum permet aux Etats-Unis de se voir garantir une part du quota. Mi-juin, Bruxelles avait fait état d'un quota allant jusqu'à 35 000 tonnes. Cette allocation prendra forme graduellement, sur sept ans, en commençant par 18 500 tonnes la première année, avait alors précisé une source à la Commission. L'accord doit prendre effet à l'automne après approbation du Parlement européen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde