Aller au contenu principal

Agroalimentaire
Ces entreprises qui restent en Russie malgré la guerre

Faut-il continuer de faire fonctionner les usines de production agroalimentaire dans un pays sous la menace d’une invasion comme dans celui qui en est à l’origine ou les fuir ? La question, posée à Bonduelle et Lactalis, reçoit la même réponse tandis que Saipol (groupe Avril) change son fusil d’épaule.

En Russie, Bonduelle possède une usine à Belgorod (légumes surgelés) près de la frontière ukrainienne, et deux autres  à Timashevsk et Novotitarovskaya (légumes conserves), dans le sud du pays, près de la mer Noire.
En Russie, Bonduelle possède une usine à Belgorod (légumes surgelés) près de la frontière ukrainienne, et deux autres à Timashevsk et Novotitarovskaya (légumes conserves), dans le sud du pays, près de la mer Noire.
© Bonduelle

C’est la question que beaucoup de monde se pose et elle est arrivée lors d’une conférence de presse de présentation des résultats semestriels de Bonduelle, le 4 mars dernier. À l’heure qu’il est, le géant français du légume transformé n’envisage pas de fermer ses trois usines de transformation situées en Russie qui emploient environ 900 personnes. «Notre position, c’est de ne pas ajouter à cette guerre une crise alimentaire. C’est dans ce sens-là qu’on met tout en œuvre pour garantir l’approvisionnement et préparer la campagne 2022», a déclaré le directeur général du groupe Guillaume Debrosse, le 4 mars. 

Bonduelle possède une usine à Belgorod (légumes surgelés) près de la frontière ukrainienne, et deux autres à Timashevsk et Novotitarovskaya (légumes conserves), dans le sud du pays, près de la mer Noire. Bonduelle affirme être en train de travailler à «sécuriser» l’importation de semences et de plaques métalliques nécessaires à la fabrication des conserves (pois, haricots, maïs). Concernant l’Ukraine, «les magasins sont encore bien achalandés par les stocks, mais à un moment donné se posera la question de continuer à approvisionner, et de voir dans quelle mesure on peut utiliser les corridors sanitaires pour acheminer nos produits de la Hongrie vers l’Ukraine», a ajouté Guillaume Debrosse.

 

«Honorer les engagements»

Le son de cloche est le même du côté du géant mondial du lait, Lactalis : «Notre mission, partout où nous avons des implantations, est de nourrir la population et de proposer un débouché à la production de lait», a indiqué le groupe Lactalis le 4 mars. «Tant que la sécurité de l’ensemble de nos employés et l’intégrité de nos installations sera effective», le groupe «honorera ses engagements», ajoute-t-il. Lactalis assure mettre à l’arrêt ses sites de production, en Ukraine et en Russie dès que la sécurité de ses collaborateurs et de ses partenaires «est engagée.». Enfin, les sites Lactalis en Russie «continuent à produire et les produits à être commercialisés. Nous respectons les dispositions gouvernementales concernant la situation dans le pays», conclut l’entreprise.

 

Saipol revoit sa stratégie

Autre entreprise française à avoir des intérêts en Ukraine, le groupe Avril. Sa filiale Saipol, qui valorise «plus de la moitié» de la collecte oléoprotéagineuse française, a annoncé le 7 mars vouloir réorienter vers l’alimentaire le tournesol destiné aux biocarburants en réaction à la guerre en Ukraine. «Disposant d’une réserve d’oléoprotéagineux destinés à l’usage énergétique, Saipol a d’ores et déjà pris la décision d’orienter toute sa production d’huile de tournesol vers le marché alimentaire afin d’assurer la continuité d’approvisionnement des industriels, et notamment de Lesieur», selon un communiqué. Avril, dont la marque Lesieur est «100 % origine France», tient à rassurer sur la disponibilité de son huile alimentaire. Le groupe dit travailler en parallèle à «identifier les meilleures alternatives possibles aux huiles d’importation utilisées pour les marques distributeur ou la RHD».

 

Kiev introduit des quotas d’exportation de certains produits agricoles 

Le gouvernement ukrainien a introduit des restrictions à l’exportation de certains produits agricoles pour 2022, en pleine invasion russe, a indiqué l’agence de presse Interfax Ukraine, citant une décision des autorités. Selon un décret publié le 6 mars, une licence décernée par les autorités est désormais nécessaire pour exporter le blé, la viande de volaille, les œufs, l’huile de tournesol. Des quotas ont également été introduits pour l’exportation de bétail, de viande de bétail, de sel, sucre, avoine, sarrasin, seigle, millet, d’après l’AFP. L’Ukraine est un acteur agricole de rang mondial dans la production et l’exportation, notamment de céréales et d’huile. L’offensive militaire russe en cours perturbe les exportations et menace les cours des produits agricoles, la Russie et l’Ukraine étant deux pays majeurs dans l’approvisionnement de matières premières agricoles. Dans la flambée générale des matières premières provoquée par les combats en Ukraine, le blé et le maïs ont également battu des records sur le marché européen.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde