Aller au contenu principal

Chambres d'agriculture : des projets pour la restauration collective

L’Assemblée des chambres d’agriculture a présenté deux initiatives en matière d'approvisionnement local.

Objectif : favoriser l’achat de produits de proximité dans la restauration hors domicile.
Objectif : favoriser l’achat de produits de proximité dans la restauration hors domicile.
© JC Gutner


Manger le plus possible de produits locaux à la cantine, c’est possible ! C’est ce que veut prouver Anne-Hélène Bunod, la chef de projet Realisab, sigle qui signifie Restauration et approvisionnement local identifier des systèmes adaptés aux besoins. Derrière cet acronyme, 23 partenaires du milieu agricole (enseignement, recherche, conseil …) se sont réunis pour travailler à la création d’outils de conseil et d’accompagnement pour l’approvisionnement en produits locaux dans la restauration collective. Ce projet, financé par le Casdar et accompagné par quatre chambres d’agriculture (Franche-Comté, Rhône Alpes, Pays de la Loire et Picardie), est né d’un constat : «nous manquions d’outils pour appuyer la structuration de ces nouveaux modes d’approvisionnement et pour accompagner les filières agricoles et les collectivités», explique Anne-Hélène Bunod. L’objectif est donc d’offrir un débouché fiable et d’éviter ainsi les situations d’échec pour la restauration collective et les agriculteurs. L’aboutissement du projet sera présenté le 18 septembre à Lyon.
Autre initiative tout aussi dynamique : en Ariège a été lancée, en 2012, une plateforme d’approvisionnement, la coopérative Terroirs Ariège Pyrénées. Grâce à cette plateforme, 300 000 repas ont déjà été distribués dans la restauration collective, «Nous pourrions être à 600 000 mais nous rencontrons des lourdeurs administratives», fait valoir le président de la chambre d’agriculture d’Ariège, François Toulis. Les produits fournis sont 100 % locaux et sont pour moitié sous signes officiels de qualité. Les prix sont discutés et fixés collectivement au sein de la Société d’intérêt collectif qui regroupe des collectivités et près de 70 producteurs ariégeois. Le coût du transport est réduit grâce à des circuits d’approvisionnement locaux organisés : ainsi 47 tonnes de produits alimentaires sont livrés, soit 800 repas par jour.

Initiatives
Développer les circuits de proximité reste une priorité pour les chambres d’agriculture. Le désormais bien-connu réseau «Bienvenue à la Ferme» permet de dormir sur une exploitation, se restaurer, acheter des produits, faire des activités, etc. (www.bienvenue-a-la-ferme.com). Une autre initiative a vu le jour : un outil de vente sur Internet : Mes produits en ligne. Les agriculteurs peuvent ainsi créer leur propre e-boutique grâce à un logiciel pour vendre en direct. Ce dispositif permet de favoriser l’achat de produits de proximité dans la restauration hors domicile, notamment pour les cantines mais aussi pour les particuliers.

Les ventes de proximité en chiffre

• Bienvenue à la ferme, 6500 agriculteurs, 25 ans d’existence
• 11 magasins collectifs de producteurs
• Des marchés de producteurs de pays dans 37 départements
• 2 600 marchés organisés par an
• 30 sites Mes produits en ligne
• 11 Drive fermiers
• 2 paniers de saison
• 18 coffrets gourmands
• 4 200 points de vente à la ferme
• Realisab : une démarche de réponse aux besoins d’approvisionnement de la restauration

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde