Aller au contenu principal

Environnement
Chardons : le Conseil général s’engage à faire évoluer ses pratiques

L’entretien des bords de route prendra en compte les contraintes agricoles.

Si cela s’avère nécessaire, le Conseil général interviendra 
par un désherbage chimique ou thermique pour éliminer les chardons.
Si cela s’avère nécessaire, le Conseil général interviendra
par un désherbage chimique ou thermique pour éliminer les chardons.
© AAP

Cet été, les services de la Fdsea et de la chambre d’agriculture ont reçu de nombreux appels d’exploitants, inquiets de voir les chardons proliférer sur les bords de route, en raison d’un changement de la méthode d’entretien décidé par le Conseil général. Le 12 octobre dernier, les représentants du département et les organisations agricoles se sont réunis pour discuter de ce problème. «La réglementation de la Pac oblige les agriculteurs à entretenir leurs parcelles sous peine de pénalités financières importantes. Aussi, déplorent-ils cette prolifération des chardons sur les dépendances de la voirie», a déclaré d’emblée Daniel Roguet, président de la chambre d’agriculture. En réponse, Dominique Vaillant, directeur d’exploitation au Conseil général, a expliqué que «cette année, à titre expérimental et en partenariat avec la Fédération des chasseurs, nous nous sommes engagés dans une gestion raisonnée des espaces le long des routes départementales. Ces espaces sont riches sur le plan écologique et paysager, et ils constituent des réserves de biodiversité qu’il convient de préserver». Dans cet esprit, la méthode d’entretien retenue est la suivante : une première coupe en mai et une deuxième en juillet pour limiter le fauchage à une largeur d’outil. Ce qui, selon Dominique Vaillant, permet de concilier les enjeux de sécurité et de non prolifération des plantes indésirables. Enfin une troisième coupe a été programmée à partir de septembre pour faucher la totalité de l’accotement et adapter la fréquence du fauchage des talus en cas de présence de ligneux, chardons et plantes invasives.

Prévenir le Conseil général en cas de problème
Olivier Faict, président de la commission environnement de la Fdsea, a fait remarquer que «ce fauchage raisonné oblige les agriculteurs à utiliser davantage de produits phyto dans leurs parcelles, alors que leur objectif est de les diminuer». Et Olivier Damay, président cantonal de Moreuil, a insisté sur le fait que «le chardon est une plante vivace avec un très fort pouvoir de dissémination, sa progression est de 20% par an. Les agriculteurs craignent de retrouver des adventices dans les légumes, leur récolte serait alors refusée».
Dominique Vaillant a assuré que le Conseil général veut faire évoluer cette pratique expérimentale et prendre en compte les contraintes agricoles. Les agents du département vont bénéficier d’une formation pour reconnaître les plantes nuisibles à l’agriculture. Il propose qu’en cas de problèmes les responsables agricoles préviennent ses services afin qu’ils interviennent. «S’il le faut, a-t-il conclu, le Conseil général rachètera des produits phyto ou interviendra par un désherbage thermique ; ensuite une fois la zone décapée, elle sera ressemée bien dense pour empêcher les adventices de pousser».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde