Aller au contenu principal

Chasse
Chasse et féminicide : l'écolo Sandrine Rousseau va devoir s’expliquer au tribunal

L'ex-conseillère régionale EELV du Nord-Pas de Calais et députée de Paris est convoquée devant un tribunal après une plainte de la fédération nationale des chasseurs sur des propos associant chasse et féminicide.

Sandrine Rousseau et féminicide
Économiste de l’environnement, vice-présidente de l’Université de Lille, Sandrine Rousseau fut nu-méro 2 et porte-parole d’EELV et se présente comme « militante écoféministe ». Elle est aujourd'hui députée de Paris.
© sandrinerousseau.fr

Après Brigitte Bardot, c’est au tour de Sandrine Rousseau de faire l’objet d’une convocation devant la justice pour des propos malveillants envers les chasseurs. L’auteure de la plainte contre l’ex-conseillère régionale des Hauts-de-France et aujourd’hui députée de Paris n’est autre que la Fédération nationale des chasseurs (FNC) qui n’a pas goûté le lien établi par Sandrine Rousseau et la détention d’armes de chasse. En février dernier, après la mort d’une jeune femme lors d’une battue au sanglier dans le Cantal, l’ex-candidate à la primaire écologiste - elle a été battue par Yannick Jadot - avait déclaré sur un plateau de télévision « qu'il faut arrêter la chasse complètement ».

Que Sandrine Rousseau n’aime pas la chasse n’est pas une surprise, et cela n’a en soi rien de gênant. Ce qui peut l’être en revanche, c’est le lien qu’elle établit dans la suite de son propos entre la chasse, la détention d’armes de chasse et les féminicides : « Ça n'est pas un loisir que d'aller tuer des animaux le week-end avec des fusils. Et par ailleurs (...), le reste de la semaine, on peut aussi le braquer contre sa femme. On a vu qu'un féminicide sur quatre est lié à des armes de chasse », avait-elle défendu.

Face au journaliste qui lui fait remarquer que « tous les chasseurs ne tuent pas leur femme », elle persiste et signe en affirmant que « ça fait partie de cette violence intrinsèque de cette catégorie de la population qui pense que, dans ses loisirs, on peut aller toutes les semaines tuer des animaux dans la forêt au détriment des promeneurs ».

Économiste de l’environnement, vice-présidente de l’Université de Lille, Sandrine Rousseau fut numéro 2 et porte-parole d’EELV et se présente comme « militante écoféministe ».  

Pour la Fédération nationale des chasseurs et son président Willy Schraen, « ces propos sont scandaleux (…) C’est extrêmement insultant » ; d’où le dépôt d’une plainte et la demande d’une réparation financière. Toujours selon la FNC, les mots utilisés par l’élue écologiste et le raccourci qu’elle fait entre féminicides et chasse constituent un « dénigrement ».

Poursuite... de la confrontation

A l’occasion des journées d’été du parti Europe Écologie Les Verts qui se tiennent à Grenoble jusqu’au 27 août, Sandrine Rousseau a témoigné de sa volonté de ne pas lâcher prise : « La confrontation va avoir lieu et je ne compte pas me laisser intimider par ces gens », a-t-elle déclaré à nos confrères du journal L’Observatoire. « On ira à ce procès », a-t-elle encore assuré, souhaitant sans aucun doute faire de la convocation dont elle fait l’objet un procès de la chasse. Et de conclure par une nouvelle diatribe à l’endroit des chasseurs : « Ils (les chasseurs, ndlr) ne supportent pas qu'on ne soit pas d'accord avec eux (…) La nature ne leur appartient pas. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde