Aller au contenu principal

Comment fractionner l’azote sur blé tendre en 2021 ?

Avec des reliquats plutôt faibles et une absorption d’azote moyenne, comment adapter le fractionnement des apports azotés cette année ?

Au vu des doses bilan assez élevées cette année, le fractionnement sera une stratégie intéressante, permettant  de répartir les risques. 
Au vu des doses bilan assez élevées cette année, le fractionnement sera une stratégie intéressante, permettant de répartir les risques.
© Arvalis-Institut du végétal

L’analyse des cumuls de pluie en fréquentiel sur la région montre que la probabilité de valoriser pleinement un apport azoté se dégrade à partir de la mi-mars, particulièrement en avril, pour ensuite redevenir meilleure fin avril/début mai. L’année 2020 a été marquée par une assez longue période de sécheresse à partir du 10 mars, faisant craindre de faibles efficacités de l’azote. Toutefois, les résultats des essais 2020 montrent que les coefficients de valorisation de l’azote (CAU), ne sont jamais totalement nuls et que l’azote peut jouer, même en situation stressante. Les efficacités ont même été bonnes en sols profonds dans les essais, en particulier avec des formes d’engrais solides, grâce au retour tardif des pluies en mai. 

De manière générale, voici les principaux critères à prendre en compte pour optimiser l’efficacité des apports azotés :

- Les cumuls de pluie suivant l’apport : une quinzaine de millimètre est nécessaire pour valoriser l’apport. Privilégier les apports avant des pluies annoncées plutôt qu’un stade précis. Ne pas hésiter à anticiper (ou retarder) de quelques jours les apports par rapport au stade prévu.

- La dynamique de croissance des plantes. La dose d’azote sera d’autant plus élevée que la croissance de la plante est importante. Sur la période tallage, la vitesse de croissance est relativement faible et les besoins en azote sont limités, alors qu’à l’approche du stade épi 1 cm, ces besoins vont augmenter fortement.

- Forme d’engrais : les apports sous forme de solution azotée sont plus sensibles au phénomène de volatilisation que les formes solides (ammonitrate ou urée
+ NBPT). Il s’agit alors d’être particulièrement attentif aux conditions d’application (éviter des situations très venteuses, de faibles hygrométries, intervenir le matin…).

- Enfin, il sera toujours pertinent d’utiliser des outils de pilotage pour réévaluer les besoins de la culture en fin de cycle.

 

Quel fractionnement pour 2021 ?

Pour les parcelles ayant déjà reçu un apport «tallage» fin février/début mars, il n’y a pas encore d’urgence, car les parcelles sont pour la plupart encore au stade mi à fin tallage. Il faudra être vigilant à l’arrivée du stade épi 1 cm prévu fin mars.

Pour les parcelles n’ayant pas encore reçu d’azote, les besoins des plantes vont augmenter à l’approche du stade épi 1 cm. Apporter l’azote avant une pluie en s’adaptant au niveau de la dose prévue.

 

Astuces pour l’apport prévu au stade épi 1 cm 

La dose apportée à ce stade devra tenir compte de la mise en réserve à prévoir pour la fin montaison en fonction du besoin complémentaire de la variété (BC). Par exemple, pour une variété type Chevignon avec un BC de 0,2, la mise en réserve est de 60 kg N/ha.
En fonction de la pluviométrie prévue, l’apport pourra être anticipé de quelques jours si nécessaire.  Si la dose prévue dépasse 120 kg N/ha, il sera judicieux de fractionner l’apport en encadrant le stade épi 1 cm : 80 kg N/ha à épi 1 cm, puis 40 kg N/ha à 1 nœud, par exemple pour une dose de 120 kg N/ha.

 

Avantage au fractionnement en 4 apports 

Au vu des doses bilan assez élevées cette année, le fractionnement sera une stratégie intéressante, permettant de répartir les risques. Plusieurs essais conduits de 2012 à 2019 montrent que le fractionnement en quatre apports offre un gain médian de 1 q/ha et 0,2 % de protéines par rapport à une stratégie en trois apports (avec des gains de 2 à 4 q/ha dans 25 % des essais). Les situations où trois apports ont été meilleurs qu’un fractionnement en quatre apports (notamment en 2019) correspondent aux situations avec une dose totale inférieure à 180 kg N/h ou un reliquat de sortie d’hiver élevé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde