Aller au contenu principal

Souveraineté alimentaire
Conflit russo-Ukrainien : produire plus mais toujours avec Farm to Fork

A la demande de la présidence française de l’Union européenne, un Conseil agricole s’est tenu de manière exceptionnelle le 2 mars dans le but de juger de l’opportunité d’adapter les objectifs agricoles au contexte international. Des décisions seront sans doute prises dans les prochaines semaines. Mais à la marge. 

jachère
© Pixabay

A l’issue du Conseil agricole informel extraordinaire du 2 mars organisé pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine, le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, n’a pas laissé immédiatement de porte ouverte à la révision de Farm to Fork. Or de nombreuses organisations syndicales agricoles l’ont demandé, en particulier les représentants des grandes cultures et ceux des fruits et légumes.

La FNSEA dans un communiqué publié le jour même avait lancé un vibrant appel à la souveraineté alimentaire française et européenne. « La logique de décroissance souhaitée par la stratégie européenne Farm to Fork doit être profondément remise en question. Il faut au contraire produire plus sur notre territoire, produire durablement mais produire », a-t-elle insisté mettant en avant la nécessité de revenir sur les jachères : « l'obligation dans la future PAC de consacrer 4 % à des surfaces dites non productives doit immédiatement être remise en question ».

« Nous avons entendu que ces stratégies (avec Green Deal et Biodiversité 2030, ndlr), ne pouvaient pas être laissées de côté (…) Après analyse, s’il le faut, nous rectifierons le tir », lui a en quelque sorte répondu le commissaire européen, lors d’une conférence de presse. « On ne remet pas en cause les objectifs de ces stratégies. Elles doivent être soutenues », a-t-il ajouté.

Sursis pour la jachère obligatoire

Le commissaire a également indiqué que l’Europe allait « tout faire pour libérer dès maintenant le potentiel de production agricole » de l’UE, notamment en utilisant des jachères pour cultiver des protéagineux. Sur ce point, le ministre français de l’Agriculture et président du Conseil agricole, Julien Denormandie a indiqué que la demande de cultiver les jachères « valait pour l’année en cours, pas pour post 2022 ».

La réaction de la présidente de la FNSEA, également présidente du COPA a été rapide : « Les arguments de la FNSEA et du COPA ont été entendus. Je salue la décision de bon sens au Conseil des ministres européens : pouvoir semer les surfaces initialement prévues en jachère en 2022 », a twitté Christiane Lambert qui souhaite opposer un bouclier alimentaire à l’arme alimentaire russe.

En outre, « des mesures de stockage privé et des réserves de crise sont envisagées pour l’élevage », a soutenu Janusz Wojciechowski, évoquant le secteur porcin « qui traverse une grave crise ».

Un point sera établi lors du Comité spécial agriculture des 7 et 8 mars. Julien Denormandie et Janusz Wojciechowski ont enfin exprimé toute leur solidarité avec le peuple ukrainien. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde