Aller au contenu principal

Souveraineté alimentaire
Conflit russo-Ukrainien : produire plus mais toujours avec Farm to Fork

A la demande de la présidence française de l’Union européenne, un Conseil agricole s’est tenu de manière exceptionnelle le 2 mars dans le but de juger de l’opportunité d’adapter les objectifs agricoles au contexte international. Des décisions seront sans doute prises dans les prochaines semaines. Mais à la marge. 

jachère
© Pixabay

A l’issue du Conseil agricole informel extraordinaire du 2 mars organisé pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine, le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, n’a pas laissé immédiatement de porte ouverte à la révision de Farm to Fork. Or de nombreuses organisations syndicales agricoles l’ont demandé, en particulier les représentants des grandes cultures et ceux des fruits et légumes.

La FNSEA dans un communiqué publié le jour même avait lancé un vibrant appel à la souveraineté alimentaire française et européenne. « La logique de décroissance souhaitée par la stratégie européenne Farm to Fork doit être profondément remise en question. Il faut au contraire produire plus sur notre territoire, produire durablement mais produire », a-t-elle insisté mettant en avant la nécessité de revenir sur les jachères : « l'obligation dans la future PAC de consacrer 4 % à des surfaces dites non productives doit immédiatement être remise en question ».

« Nous avons entendu que ces stratégies (avec Green Deal et Biodiversité 2030, ndlr), ne pouvaient pas être laissées de côté (…) Après analyse, s’il le faut, nous rectifierons le tir », lui a en quelque sorte répondu le commissaire européen, lors d’une conférence de presse. « On ne remet pas en cause les objectifs de ces stratégies. Elles doivent être soutenues », a-t-il ajouté.

Sursis pour la jachère obligatoire

Le commissaire a également indiqué que l’Europe allait « tout faire pour libérer dès maintenant le potentiel de production agricole » de l’UE, notamment en utilisant des jachères pour cultiver des protéagineux. Sur ce point, le ministre français de l’Agriculture et président du Conseil agricole, Julien Denormandie a indiqué que la demande de cultiver les jachères « valait pour l’année en cours, pas pour post 2022 ».

La réaction de la présidente de la FNSEA, également présidente du COPA a été rapide : « Les arguments de la FNSEA et du COPA ont été entendus. Je salue la décision de bon sens au Conseil des ministres européens : pouvoir semer les surfaces initialement prévues en jachère en 2022 », a twitté Christiane Lambert qui souhaite opposer un bouclier alimentaire à l’arme alimentaire russe.

En outre, « des mesures de stockage privé et des réserves de crise sont envisagées pour l’élevage », a soutenu Janusz Wojciechowski, évoquant le secteur porcin « qui traverse une grave crise ».

Un point sera établi lors du Comité spécial agriculture des 7 et 8 mars. Julien Denormandie et Janusz Wojciechowski ont enfin exprimé toute leur solidarité avec le peuple ukrainien. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde