Aller au contenu principal

Covid-19 : la situation se dégrade dans la Somme

D’après les derniers chiffres disponibles ce vendredi 18 décembre pour le département, la situation sanitaire se dégrade rapidement au point que la préfète donne un tour de vis.

Pour la préfecture de la Somme, la forte reprise de l’épidémie s’explique « par un relâchement des comportements, visibles dans les lieux et sur la voie publique, et par la forte augmentation des interactions sociales favorisée par la période des fêtes de fin d’année ».
© Pixabay

A compter du samedi 19 décembre, 20h, les installations qui avaient été autorisées à titre dérogatoire devront être arrêtées – il s’agit des chalets de Noël, manèges, attractions… -, de même que les contrôles destinés à s’assurer que les mesures barrières soient bien respectées dans les espaces publics seront renforcés. 

Ce que l’on peut volontiers qualifier de « tour de vis » de la part de la préfète de la Somme, Muriel Nguyen trouve son origine « dans la progression de nouveaux cas de personnes testées positives à la Covid-19 et une forte augmentation du taux d’incidence », indiquait en cette fin de journée un communiqué de la préfecture.

Des personnes âgées en première ligne

Alors que ce taux était de 83 le 4 décembre, il s’élève aujourd’hui à près de 109. Il correspond au nombre de nouveaux cas positifs détectés pour 100 000 habitants sur une période de sept jours. Toutes les catégories d’âge évoluent défavorablement mais le département de la Somme voit l’incidence des plus de 65 ans évoluer de façon préoccupante : alors que le taux était de 141 au 4 décembre, il s’élève aujourd’hui à près de 201.

A l’échelle de la région des Hauts-de-France, le virus se transmet quant à lui à nouveau de plus en plus : alors que le taux de reproduction régional était de 0,52 au 4 décembre, il s’élève aujourd’hui à 0,79.

Un relâchement dans les gestes barrières

Conséquence de cette situation, un nombre important de clusters en EHPAD notamment est recensé, indique la préfecture de la Somme. Dans les établissements de santé, les services de réanimation qui continuent de connaître une forte activité, liée cette fois à une prise en charge de patients non COVID, craignent de nouveau d’être débordés.

Pour la préfecture de la Somme, la forte reprise de l’épidémie s’explique « par un relâchement des comportements, visibles dans les lieux et sur la voie publique, et par la forte augmentation des interactions sociales favorisée par la période des fêtes de fin d’année ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde