Aller au contenu principal

Covid-19 : la situation se dégrade dans la Somme

D’après les derniers chiffres disponibles ce vendredi 18 décembre pour le département, la situation sanitaire se dégrade rapidement au point que la préfète donne un tour de vis.

Pour la préfecture de la Somme, la forte reprise de l’épidémie s’explique « par un relâchement des comportements, visibles dans les lieux et sur la voie publique, et par la forte augmentation des interactions sociales favorisée par la période des fêtes de fin d’année ».
© Pixabay

A compter du samedi 19 décembre, 20h, les installations qui avaient été autorisées à titre dérogatoire devront être arrêtées – il s’agit des chalets de Noël, manèges, attractions… -, de même que les contrôles destinés à s’assurer que les mesures barrières soient bien respectées dans les espaces publics seront renforcés. 

Ce que l’on peut volontiers qualifier de « tour de vis » de la part de la préfète de la Somme, Muriel Nguyen trouve son origine « dans la progression de nouveaux cas de personnes testées positives à la Covid-19 et une forte augmentation du taux d’incidence », indiquait en cette fin de journée un communiqué de la préfecture.

Des personnes âgées en première ligne

Alors que ce taux était de 83 le 4 décembre, il s’élève aujourd’hui à près de 109. Il correspond au nombre de nouveaux cas positifs détectés pour 100 000 habitants sur une période de sept jours. Toutes les catégories d’âge évoluent défavorablement mais le département de la Somme voit l’incidence des plus de 65 ans évoluer de façon préoccupante : alors que le taux était de 141 au 4 décembre, il s’élève aujourd’hui à près de 201.

A l’échelle de la région des Hauts-de-France, le virus se transmet quant à lui à nouveau de plus en plus : alors que le taux de reproduction régional était de 0,52 au 4 décembre, il s’élève aujourd’hui à 0,79.

Un relâchement dans les gestes barrières

Conséquence de cette situation, un nombre important de clusters en EHPAD notamment est recensé, indique la préfecture de la Somme. Dans les établissements de santé, les services de réanimation qui continuent de connaître une forte activité, liée cette fois à une prise en charge de patients non COVID, craignent de nouveau d’être débordés.

Pour la préfecture de la Somme, la forte reprise de l’épidémie s’explique « par un relâchement des comportements, visibles dans les lieux et sur la voie publique, et par la forte augmentation des interactions sociales favorisée par la période des fêtes de fin d’année ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde