Aller au contenu principal

Crise du bio et coûts de l’énergie, la double peine

Depuis des mois, les acteurs de l’agriculture bio alertent sur la crise qu’ils subissent, avec une demande réduite et donc des prix de moins en moins rémunérateurs. La flambée des coûts de l’énergie enfonce le clou. La pérennité de la coopérative Biocer, implantée dans le nord-ouest de la France, est même sérieusement menacée. 

Les sites Biocer de Beaumont-le-Roger et de Marcilly-la-Campagne, dans l’Eure, pourraient cesser de fonctionner au 31 octobre.
Les sites Biocer de Beaumont-le-Roger et de Marcilly-la-Campagne, dans l’Eure, pourraient cesser de fonctionner au 31 octobre.
© D. R.

Au 31 octobre, deux des trois silos de la coopérative Biocer pourraient cesser leur activité. La faute aux coûts de l’énergie qui ont flambé, que les prix des céréales jugés trop bas ne pourront pas couvrir. «Notre fournisseur d’énergie, Enercoop, a dénoncé notre contrat d’électricité. Les propositions que nous recevons, qui changent toutes les semaines, sont insupportables pour une jeune structure comme la notre», s’inquiète Vincent Devyldere, vice-président de la coopérative, installé à Équennes-Éramecourt (80).
Biocer, qui collecte et commercialise les céréales et les légumineuses de 280 agriculteurs bio du quart Nord-Ouest devrait voir sa facture d'énergie multipliée par quatre, voire sept. «On était sur une base d’environ 250 000 € par an. Une des propositions s’élevait à 2 M€. Même si la coop survit à ça, il ne restera rien pour les fermes. Toutes sont en danger», regrette-t-il. Le site de Fouilloy (60), plus petit, pourrait continuer de fonctionner. Mais ceux de Beaumont-le-Roger et de Marcilly-la-Campagne, dans l’Eure, seraient contraints de cesser de fonctionner. «Sans électricité, et donc sans ventilation, les petites bêtes vont s’amuser dans le tas de grain. C’est notre seul moyen de conservation.» Le plan B est le stockage chez des adhérents équipés pour cela. Mais les 25 000 t livrées chaque année y seront à l’étroit. 

Un crève-cœur, alors que le site de Marcilly-la-Campagne, flambant neuf, qui vit sa deuxième campagne, est né d’un investissement de 12 millions d’euros. Géré par la filiale de Biocer Normandie Grains Bio, il est un outil à valeur ajoutée pour les producteurs bio : une capacité de stockage de 5 000 t, une chaîne de triage fin, qui permet de trier les lentilles, graines de chia, de lin, etc., une meunerie, et une chaîne de conditionnement pour mettre ces produits en sacs de 250 g au big bag.

«Contrairement aux coopératives dont la filière bio n’est qu’une niche, nous sommes 100 % bio. Nous ne bénéficions pas de la flambée des cours des céréales conventionnelles pour compenser celle de l’énergie. Notre blé est payé à peine 50 €/t de plus, alors que nos rendements sont divisés par deux ou trois», regrette Vincent Devyldere. Les élus devaient se réunir ce 20 octobre pour prendre une décision. «Quelle que soit la proposition d’énergie, elle mettra Biocer en péril.»

Les producteurs cogitent 

De leur côté, les producteurs bio tentent de trouver des solutions pour faire perdurer leurs fermes. À Dargnies, les cours des produits bio, notamment du lait, ont poussé Nicolas Freville à mettre un terme à son élevage laitier le 28 février dernier. «On transformait à la ferme une partie les 300 000 l qu’on livrait à Biolait pour créer de la valeur ajoutée. Mais le prix du lait bio en chute depuis deux ans n’était plus supportable. Ça ne suffisait plus à payer un salarié. Alors lorsque mon épouse, associée, a déclaré des problèmes de santé, on a choisi d’arrêter.» Aujourd’hui, il ne regrette pas son choix. «Avec la sécheresse, je me dis que j’aurais fait un trou dans la trésorerie.» Il trouve un peu de revenu dans les betteraves bio, payées 80 €/t. «Mais qu’en sera-t-il l’année prochaine ?», questionne-t-il.

À la Vicogne,  Fortuné Rougegrez avait, lui, renoncé aux cultures de carottes et d’oignons bio de plein champs pour les semis 2022. Après un hiver à cogiter à son assolement, il s’engageait dans des contrats de pommes de terre, des betteraves à sucre, de la chicorée, des endives et du maïs, en plus des céréales. Des solutions qui offrent une valeur ajoutée moindre, alors que l’exploitant avait monté l’irrigation sur ses 167 ha bio, mais ils sont plus simples à produire et moins gourmands en charges. «Pour conserver les carottes, il aurait fallu que j’investisse dans des réfrigérateurs. Aux prix de l’électricité, heureusement que je ne l’ai pas fait !» Il faudra attendre la fin du mois de novembre et la fin de la campagne pour faire les comptes. 

 

Un plan Ambition bio attendu pour la filière

Se disant «attentif» à l’évolution du marché bio, l’entourage de Marc Fesneau a indiqué que l’élaboration du programme Ambition bio 2023-2027 sera, «à moyen terme», l’occasion d’une concertation «afin de déterminer les actions prioritaires, les moyens associés et les structures mobilisées pour identifier les nouveaux leviers de croissance et renouer avec la dynamique». Alors que la Confédération paysanne exige des mesures d’urgence, et que la FNSEA partage avec elle la nécessité d’une application plus stricte d’Egalim, le ministère de l’agriculture rappelle les actions mises en œuvre dans les derniers mois. En plus d’une augmentation de l’enveloppe d’aides à la conversion, l’équipe du ministre souligne que le crédit d’impôt réservé aux agriculteurs bio a été relevé de 3 500 à 4 500 € jusqu’en 2025 dans le cadre du projet de loi de finances pour 2022. Autres mesures récentes : l’augmentation du fonds Avenir bio sur 2020 et 2021 grâce au Plan de relance, ou encore 500 000 € accordés à l’Agence bio et huit interprofessions pour leur campagne Bioréflexe. «L’interprofession laitière nationale, le Cniel, a notamment repris cette campagne en adaptant les messages aux spécificités de la filière laitière», se félicite-t-on rue de Varenne, alors que les coopératives laitières ont, pour la plupart, arrêté les conversions.

 

Prix de l’énergie : Bruxelles propose un nouveau paquet de mesures

Pour réduire la volatilité des prix du gaz et assurer la sécurité de son approvisionnement, la Commission européenne a soumis, le 18 octobre, de nouvelles propositions (après celles adoptées sur l’électricité le 30 septembre), visant notamment à doter l’UE de nouveaux outils juridiques pour acheter du gaz en commun. Ce mécanisme permettra à l’UE de négocier de meilleurs prix et réduire le risque de surenchère entre les États membres. Bruxelles entend également créer une nouvelle référence pour la fixation des prix du GNL (gaz naturel liquéfié) afin qu’elle reflète plus correctement les réalités du marché. Une autre mesure consisterait à créer un mécanisme de correction du marché du gaz dans des conditions spécifiques. La Commission serait dans ce cadre, habilitée à établir une limite de prix dynamique pour les transactions sur le marché au comptant du gaz naturel. Bruxelles exigerait aussi des plateformes de négociation qu'elles établissent un nouveau mécanisme temporaire de gestion de la volatilité intra journalière visant à limiter les fortes variations de prix sur les marchés dérivés de l'électricité et du gaz au cours d'une même journée de négociation. D’autre part, la Commission propose d’instaurer des règles de solidarité par défaut entre les États membres en cas de pénurie d'approvisionnement, et de créer un mécanisme d'allocation de gaz pour les États membres touchés par une urgence d'approvisionnement en gaz.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde