Aller au contenu principal

Daniel Platel : «raisonner l’élevage à l’échelle de l’exploitation»

Après dix-huit ans de conseil en élevage bovins allaitants à la Chambre d’agriculture de la Somme, et une carrière consacrée à la filière, Daniel Platel prend sa retraite. Il livre sa vision sur cette activité minoritaire dans les exploitations, pourtant non négligeable.

Daniel Platel : «Un élevage performant peut dégager 1 200 E de marge par hectare de surface fourragère. Alors que d’autres sont en négatif.»
Daniel Platel : «Un élevage performant peut dégager 1 200 E de marge par hectare de surface fourragère. Alors que d’autres sont en négatif.» 

Pourquoi cet engagement dans la filière bovine ? 

Mon père était un petit éleveur de bovins allaitants. Ça m’a toujours passionné. J’ai débuté en tant qu’inséminateur dans le secteur d’Amiens chez Gènes diffusion, puis responsable de l’insémination des bovins viande pour les secteurs de la Somme et de l’Oise. À l’époque, l’offre génétique n’était pas très étoffée. Elle est pourtant une des conditions pour permettre aux ateliers d’élevage d’être performants. Je suis entré à la Chambre d’agriculture de la Somme en mai 2003 avec l’envie de redynamiser la filière locale. 

 

Quel regard portez-vous sur l’élevage allaitant de la Somme ? 

Avec six-cents élevages de plus de dix vaches, dont la moitié ont plus de trente vaches, l’élevage allaitant est presque toujours une production minoritaire des exploitations. Les bonnes terres de la Somme permettent les cultures à valeur ajoutée qui concurrencent forcément l’élevage. Mais lorsqu’un tiers des surfaces d’une exploitation est en prairies non labourables, ça vaut le coup de s’y pencher ! Un élevage performant peut dégager 1 200 € de marge par hectare de surface fourragère. Il est cependant difficile de professionnaliser le métier du fait de ce chiffre d’affaires moins important. L’éleveur allaitant investit moins dans le conseil qu’ailleurs. Il y a eu des progrès ces dernières années, mais le fossé se creuse entre les bons et les moins bons. Parfois, aussi, les cours de la viande baissent et noient les progrès techniques.

 

Quelle est la mission du conseiller ? 

Notre force, à la chambre d’agriculture, c’est la transversalité. Nous raisonnons l’élevage à l’échelle de l’exploitation. Nous faisons de la technique dans un objectif économique. Si nous prenons l’exemple de l’alimentation, nous n’allons pas orienter un éleveur vers un système herbager au détriment de surfaces cultivées qui dégagent du revenu. Parfois, nous expérimentons en même temps que les éleveurs. Nous pouvons transposer les techniques gagnantes dans les autres élevages, comme le pâturage des couverts d’interculture, par exemple. La récente Ferlance (ferme expérimentale en élevage bovin, à Liercourt, ndlr), est un excellent outil pour cela. En plus du conseil, nous assurons l’animation départementale autour du conseil viande (envoi du tableau de bord vaches allaitantes qui permet aux éleveurs de se situer par rapport à la moyenne, envoi du techniviande), nous éditons la liste des taureaux boucles rouges, nous organisons des formations, des réunions techniques, nous participons au réseau viande de l’Institut de l’élevage… 

 

Comment voyez-vous l’avenir de la filière dans la Somme ?

Elle sera forcément liée au non retournement des surfaces en herbe. Le marché est aussi une problématique : il faut le créer. Les éleveurs sont un peu comme des marchands d’espadrilles en Afrique noire. Tous les locaux pourraient en acheter, mais ils continuent de marcher pieds nus ! Ici, la consommation de viande continue de diminuer. Elle est très orientée vers le haché, et ça remet en cause le système. Je reste tout de même optimiste. Le nombre d’éleveurs diminue aussi, donc la demande et l’offre sont assez équilibrées. Nous disposons d’un énorme avantage qu’il faut savoir saisir : la demande de local est de plus en plus forte et nous avons de quoi y répondre. L’avenir reposera aussi sur la possibilité de lier vie d’éleveur et vie personnelle. Si l’élevage est boudé, c’est avant tout à cause de la charge organisationnelle et de la difficulté de trouver de la main-d’œuvre. La robotisation est une solution qui semble intéressante, mais on n’en est qu’au début. Des éléments techniques peuvent aider : des vaches faciles à vivre, qui vêlent bien, qui nourrissent correctement leurs veaux…

 

Avec Estelle Lépron, la relève est assurée

Estelle Lépron succède  à Daniel Platel. 
L’élevage allaitant est la spécialité d’Estelle Lépron, nouvelle conseillère à la Chambre d’agriculture de la Somme. Issue du milieu agricole, elle a occupé plusieurs postes dans cette filière, notamment dans le Centre, dans le Tarn, et sur le littoral normand. «La chambre a un raisonnement avec lequel j’adhère totalement. Les performances techniques doivent être au service de l’économie. Car le nerf de la guerre, pour un éleveur, c’est bien de dégager un salaire.» Pour dispenser le meilleur conseil possible, la spécialiste jure par le terrain : «Je suis bien dans mes bottes», assure-t-elle. L’écoute est alors primordiale. «Il est bon de parler, mais meilleur de se taire. Les agriculteurs connaissent leur territoire, et ont souvent les clés de leur réussite en main. Le conseiller est là pour amener l’ouverture d’esprit et le recul qui leur manque parfois pour concrétiser le fonctionnement le plus adapté.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde