Aller au contenu principal

Énergie
De plus en plus de terres agricoles allemandes sacrifiées au solaire

Les demandes pour installer des parcs photovoltaïques sur des terres agricoles sont de plus en plus nombreuses outre-Rhin parce qu’y produire de l’énergie est devenu plus rentable que de les cultiver.

Ces parcs de panneaux solaires se développent dans les régions de l’Est allemand, avec ses grandes exploitations, mais surtout dans le Sud, en Bavière et au Bade-Wurtemberg, sur de petites et moyennes exploitations.
© Pixabay

On dénonce de manière récurrente en Allemagne la trop grande perte de terres agricoles pour les besoins de l’urbanisation, de d’industrialisation et des communications. Elle atteint plus de 70 ha/jour actuellement, alors que les objectifs, jamais atteints, veulent la réduire à 30 ha/jour. Maintenant les parcs de panneaux solaires sur terres agricoles, qui se multiplient à grande vitesse, viennent encore augmenter ces emprises.

En effet, les fermages payés en Allemagne pour installer des parcs solaires sur terres cultivées sont 10 fois plus élevés que les fermages courants, avec de surcroit une garantie sur 20 ans. Ces surfaces disparaissent de la production agricole. Certes, des solutions techniques sont proposées pour des doubles productions ou des productions d’énergie en limites de parcelles. Mais ce sont des solutions qui peuvent individuellement intéresser, mais intéressent peu les investisseurs.

Ces parcs de panneaux solaires se développent dans les régions de l’Est allemand, avec ses grandes exploitations, mais surtout dans le Sud, en Bavière et au Bade-Wurtemberg, sur de petites et moyennes exploitations.

200 parcs en Bavière 

Dans ces régions, les implantations étaient autorisées jusqu’à présent sur les jachères, sur d’anciens terrains militaires et autres terres déjà perdues par l’agriculture. Elles le sont désormais sur les terres agricoles, avec une limite peu respectée de 100 Mégawatts de production. Actuellement il y a des demandes de construction pour plus de 200 parcs rien qu’en Bavière.

A l’Est, dans le Brandebourg par exemple, une exploitation agricole de 2 500 ha projette d’installer un parc de 286 ha de panneaux solaires pour compenser ses pertes de rendement dues aux sécheresses successives. En tout cas, les demandes se multiplient dans les mairies, demandes pour lesquelles les soutiens divers ne manquent pas. 

En Allemagne, on a bonne conscience en plus avec ces investissements, puisqu’on fait quelque chose pour l’environnement et de toutes manières l’agriculture devient de plus en plus difficile et compliquée. Il est parfois difficile pour les agriculteurs de résister à de telles offres. Les organisations agricoles estiment, que même si elles considèrent qu’il faudrait réserver ces panneaux solaires sur les toits, il s’agit d’un atelier rémunérateur supplémentaire, pour les exploitations agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde