Aller au contenu principal

Prévention
Des installations d'irrigation sous surveillance renforcée

Organisations syndicales agricoles et groupement de gendarmerie de la Somme se sont rencontrées il y a quelques jours pour évoquer les bons gestes à mettre en œuvre pour protéger les installations dédiées à l’irrigation.

Fin avril dernier, la lettre anonyme menaçant un agriculteur installé dans une commune de l’est d’Amiens parce qu’il irrigue ses cultures témoignait déjà d’une certaine crispation sur le sujet. Depuis, des signalements de dégradations de matériels pour l’irrigation dans le sud du département du Pas-de-Calais ont été reçus ; ce qui n’étonne plus la profession agricole de la Somme, mais l’inquiète. C’est pourquoi en ce début de semaine, une rencontre sur le terrain s’est tenue en présence de représentants du Groupement de gendarmerie de la Somme et de responsables professionnels du département, dont Xavier Palpied, président du SEA de Chaulnes-Rosières, Denis Bully, président de la FDSEA et Benjamin Bizet, président des JA. Pour ces agriculteurs, «s’en prendre au matériel, ce n’est pas acceptable, mais il y a aussi des conséquences sur l’état des cultures, ont-ils rappelé. Si on irrigue certaines cultures, c’est parce que cela impacte la qualité, le rendement et que dans certains cas, cela nous est imposé dans les cahiers des charges de production». 

 

Vols et dégradations 

Toujours selon la profession agricole, deux types d’actes malveillants sont constatés : le vol de carburant et de matériels sur les installations de forage, ainsi que la dégradation de ces installations. Pas plus tard qu’il y a «huit jours», l’agriculteur qui a reçu la lettre anonyme témoigne avoir été victime d’une dégradation sur des tuyaux «sur la commune de Cerisy». Pour dissuader d’éventuels auteurs d’actes malveillants, «on en arrive à faire des patrouilles nous-mêmes, de jour comme de nuit, mais on ne pourra pas tenir comme cela longtemps», expliquait-il début de semaine. 

 

Surveillance et prévention

Pour le Groupement de gendarmerie de la Somme, «les faits sont relativement peu nombreux, mais l’enjeu est important. En plus du préjudice lié à la valeur du bien dégradé ou détruit, s'ajoute le préjudice lié à la mise en péril de la culture que l'agriculteur ne peut plus irriguer», a souligné le major Antoine Éripret, référent sûreté au sein d’une cellule «prévention technique de la malveillance» lors de sa rencontre avec la FDSEA et les JA. Mais pour autant, le dépôt d’une plainte auprès d’une bridage de gendarmerie doit être «systématique». «Cela permet de recouper les faits et de ne pas les minimiser.» L’isolement de certaines installations les rend «plus vulnérables», constate également le major Éripret. Et de distiller à une délégation de responsables agricoles quelques conseils : portes fermées à clé, installation de caméra (intérieure) et d’un gyrophare ou d’une autre source lumineuse sur le toit…

Quoi qu’il arrive, la gendarmerie recommande aux agriculteurs de ne pas intervenir eux-mêmes en cas de flagrant délit. «Ce sera vous mettre en danger et intempestif», souligne le référent sûreté.

Du côté de la profession agricole, un engagement à sensibiliser les agriculteurs aux mesures de mise en sécurité des matériels a été pris. Une cartographie des stations d’irrigation pourrait être également réalisée, afin de faciliter la surveillance et l’intervention plus rapide par les gendarmes en cas de souci.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde