Aller au contenu principal

Des moulins régionaux mobilisés pour le Liban

Parmi la vingtaine de meuniers qui ont participé à l'expédition de 500 tonnes de farine vers le Liban suite à l'explosion qui a meurtri Beyrouth, l'un d'eux est installé dans les Hauts-de-France. Il revient sur cet élan de solidarité.

Grâce à la réactivité des entreprises de meunerie française, 500 tonnes de farine ont pu être rapidement acheminées vers le Liban depuis le port de Toulon.
Grâce à la réactivité des entreprises de meunerie française, 500 tonnes de farine ont pu être rapidement acheminées vers le Liban depuis le port de Toulon.
© Agence RDN

Au moins 158 morts, des dizaines de disparus, des milliers de sans-abris et la crainte d'une pénurie de denrées alimentaires ont conduit à un formidable élan de solidarité pour venir en aide à la population libanaise suite à l'explosion qui s'est produite le 4 août dernier, dans le port de Beyrouth. Compte tenu des relations anciennes et fraternelles entre le Liban et la France, cette dernière s'est mobilisée rapidement pour organiser une aide humanitaire. Dans les jours qui ont suivi l'incident, « plus de 660 t de produits alimentaires » ont été acheminées vers le Liban, expliquait le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie.

Parmi ces denrées, 500 tonnes de farine, offertes par l'Association nationale de la meunerie française (ANMF) ont été expédiées en deux voyages, depuis Toulon. L'initiative, qui a mobilisé une vingtaine d'entreprises françaises de meunerie, a trouvé un écho jusque dans les Hauts-de-France. Propriétaire et exploitant de deux moulins dans le Pas-de-Calais, l'un à Leforest et l'autre à Aire-sur-la-Lys, Olivier Dubois a répondu présent en offrant cinquante tonnes de farine.

Un geste exceptionnel

« Quand j'ai reçu le coup de fil du président de l'association nationale de la meunerie française, Jean-François Loiseau, je n'ai pas hésité une seconde », expliquait-t-il en milieu de semaine dernière celui qui est également président de l’ANMF Hauts-de-France. « C'est un geste exceptionnel, jamais auparavant nous ne nous étions mobilisés pour une telle cause. Mais, affirme le dirigeant des Moulins Dubois, c'est une manière d'apporter un peu de réconfort à une population libanaise qui souffre de cet événement ».

Pour limiter l'empreinte carbone de son don, Olivier Dubois n'a toutefois pas expédié les cinquante tonnes de farine depuis ses entrepôts : « J'ai demandé à un collègue installé à Marseille de faire le don physique à ma place. Cela a permis d'éviter 1 000 kilomètres de transport inutile et a garanti la rapidité d'exécution. La livraison a pu avoir lieu le lundi 11 août sur le port de Toulon ».

Solidarité et réactivité

Pour l'ANMF, cette opération philanthropique aura aussi été l'occasion de témoigner de la performance et de la réactivité de la meunerie française : « En répondant immédiatement à cet appel de solidarité pour le Liban, c'est toute la filière céréalière qui fait preuve de responsabilité et de réactivité, la meunerie en particulier », s'est réjoui le 11 août Jean-François Loiseau. « Au delà de l'esprit de solidarité avec le peuple libanais, les entreprises de meunerie ont fabriqué et transporté ces marchandises en un temps record face à l'urgence. Elles ont ainsi fait preuve de leur efficacité et de leur professionnalisme », a-t-il défendu. Et d'assurer que d'autres initiatives pourraient être prises dans les prochaines semaines.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde