Aller au contenu principal

Des pois d’hiver suffisamment endurcis pour supporter le gel ?

Cette année, les semis se sont déroulés dans de bonnes conditions. Cependant, selon la date de semis, les levées ont été plus ou moins tardives.

L’arrivée brutale du gel mi-février laisse présager de possibles dégâts de gel selon les prévisions météo. 
L’arrivée brutale du gel mi-février laisse présager de possibles dégâts de gel selon les prévisions météo. 
© Laurent Jung

Pour les semis précoces de fin octobre, la pluie et la douceur ont permis un développement rapide des pois d’hiver. Les cultures ont très vite atteint 2-3 feuilles courant novembre et ont continué à pousser avec l’hiver doux. Actuellement, les parcelles les plus avancées présentent 6-8 feuilles et quelques ramifications. À l’inverse, les semis de novembre ont été freiné par le manque de pluies localement et le retour de températures plus froides. Conséquences, de nombreuses parcelles ont levé en décembre seulement. L’avantage est que le jeune stade des pois les rend moins sensibles au gel. Actuellement, ces parcelles affichent 4-6 feuilles et 1 ramification.

Endurcissement au froid sans défaut 

Le pois d’hiver peut tolérer des températures gélives pouvant aller au-delà des - 15°C sous réserve qu’il se soit endurci grâce à une baisse progressive des températures. Le modèle d’endurcissement du pois d’hiver au froid montre que le risque de gel était faible jusqu’alors ; ce qui limite le risque de perte de pieds et de maladies.

Cependant, après une fin janvier relativement douce, l’arrivée brutale du gel mi-février laisse présager de possibles dégâts de gel selon les prévisions météo (cf. graphique). Les parcelles cumulant des facteurs de risques (stade avancé, note de froid de la variété inférieure à 5, absence de neige, exposition au vent, excès d’eau) sont à surveiller de près.

Ce graphique est une simulation pour une variété avec une note de résistance au froid de 5. On estime qu’un risque de dégât de gel est possible lorsque les températures minimales passent en dessous de la barre d’endurcissement. Attention, il s’agit d’un modèle basé sur les données météo réelles et les prévisions à partir du 8 février ne donnant qu’une tendance générale du risque.

 

Des excès d’eau pouvant être préjudiciables localement

Associé au gel en ce début de campagne, l’excès d’eau commence à marquer certaines parcelles. De plus, si la situation perdure lors de la reprise des pois, des problèmes d’asphyxie racinaire et de mise en place des nodosités peuvent apparaître. Pour mémoire, l’asphyxie se traduit par un jaunissement et un dépérissement des plantes en lien avec les zones hydromorphes. Un diagnostic de ces parcelles est recommandé dans les prochains jours afin de juger l’impact ou non du gel et/ou de l’excès d’eau.

 

Le saviez-vous ?

La tige principale du pois, par son stade avancé, a souvent tendance à disparaître à cause du gel. Pas d’inquiétude, ce phénomène est courant et non préjudiciable, les ramifications secondaires prenant très vite le relais et compensant cette perte.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde