Aller au contenu principal

Alimentation
Des produits fermiers locaux contre la précarité alimentaire

La ville d’Amiens mise sur la distribution de fruits et légumes issus de producteurs locaux pour lutter contre la précarité alimentaire chez certains de ses habitants, accompagnée d’autres initiatives.

Le parcours comprend, pour un an, la livraison à chaque bénéficiaire de dix paniers de légumes, un atelier culinaire,  un accompagnement global sur les bases de l’hygiène, de la conservation et de la cuisson ainsi qu’un accompagnement autour de la transformation et la découverte culinaire.
Le parcours comprend, pour un an, la livraison à chaque bénéficiaire de dix paniers de légumes, un atelier culinaire, un accompagnement global sur les bases de l’hygiène, de la conservation et de la cuisson ainsi qu’un accompagnement autour de la transformation et la découverte culinaire.
© Pixabay

Il s’agit d’un peu plus d’un don «classique» de produits alimentaires à des personnes en situation de détresse. Depuis le 16 mai dernier, la ville d’Amiens a ouvert un guichet d’inscription à un parcours alimentaire aux personnes qui souhaitent en bénéficier. Le principe pour les futurs bénéficiaires ? Participer à un ensemble d’actions d’accompagnement étendues sur une année autour de l’alimentation, après la signature d’un contrat d’engagement. Ainsi, selon la ville, «il ne s’agit pas que d’un dispositif d’aide alimentaire». 

 

Se réapproprier son alimentation

Le parcours comprend, en effet, pour un an, la livraison à chaque bénéficiaire de «dix paniers de légumes, un atelier culinaire, un accompagnement global sur les bases de l’hygiène, de la conservation et de la cuisson ainsi qu’un accompagnement autour de la transformation et la découverte culinaire, un atelier d’accompagnement au choix selon les besoins du bénéficiaire». Il peut s’agir «d’ateliers jardinage, une sortie lecture d’étiquette, une sortie balade autour de la reconnaissance des plantes comestibles, la visite de fermes ou jardins particuliers». 

Distribué une fois toutes les trois semaines, chaque panier devrait peser autour de 5 kg. Les ateliers doivent, quant à eux, contribuer à impliquer les personnes bénéficiaires dans «un processus de réappropriation de leur alimentation, en leur demandant un engagement personnel pour améliorer, à leur niveau, notre système alimentaire», précise-t-on à la ville d’Amiens.

 

3 000 paniers au minimum

Le dispositif de parcours alimentaire est ouvert à 300 foyers en situation de précarité, isolés et/ou vivant sous le seuil de pauvreté. Un calcul rapide montre qu’il doit ainsi requérir la fourniture de 3 000 paniers de fruits et légumes qui seront distribués aux bénéficiaires du parcours alimentaire. Dans un communiqué, la ville d’Amiens précise que le chiffre de «3 000» paniers est un «minimum». La collectivité, pour qui le coût est estimé à 40 000 €, ajoute que le dispositif se concrétisera «dès lors que dix foyers seront inscrits». Pour ce faire, les personnes intéressées doivent s’inscrire auprès des conseillers sociaux des mairies de secteur.

 

Précarité alimentaire : les JA planchent sur une solution impliquant le local 

Jeunes agriculteurs est en réflexion sur la contribution possible des agriculteurs dans la lutte contre la précarité alimentaire avec les productions locales, a indiqué son président, Samuel Vandaele, le 13 mai, en préparation de son congrès. Le syndicat est en train d’élaborer un rapport d’orientation dont le sujet est «pour une convergence entre les attentes des consommacteurs et la pérennisation des filières agricoles». Justine Fusi, corapporteuse de ce rapport qui sera exposé au congrès des JA au Havre les 31 mai et 1er juin, a évoqué un «paradoxe» décelé au cours des auditions menées ces dernières semaines : précarisation alimentaire des Français d'une part, développement des filières de production locales. «Nous travaillons sur beaucoup de propositions mais le débat n’est pas tranché. Nous avons recueilli plus de 300 amendements dans les régions, dont 94 ont été retenus. Les solutions sont en discussion», a précisé Samuel Vandaele, qui a par ailleurs confirmé qu’il ne se représentera pas pour un prochain mandat, lors de ce congrès électif.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde