Aller au contenu principal

Foncier
Des terres trop précieuses pour être vendues aux enchères

Une vente aux enchères de plusieurs parcelles de terres agricoles sur les communes de Boves et Gentelles, au sud-est d'Amiens, est prévue au tribunal d’Amiens le mardi 15 mars prochain. La profession agricole samarienne s’y oppose et cherche une alternative.

vente aux enchères
© Commune de Gentelles

Qui seront les acheteurs et quel prix sont-ils prêts à mettre ? A quelques jours d’une vente aux enchères pour deux lots de terres agricoles au sud-est d’Amiens, la tension monte comme à chaque occasion où il est question de foncier. Le 15 mars prochain, au tribunal judiciaire d’Amiens, deux lots seront mis en vente : le premier, situé sur la commune de Gentelles se compose d’une parcelle de 10 hectares, 1 are et 18 centiares et d’une parcelle de 3,30 hectares. Sa mise à prix est de 72 000 euros. Le second lot, comprenant des parcelles situées sur la commune de Boves, se compose d’une parcelle de 11,24 hectares et d’une parcelle de 1,24 hectares. La mise à prix pour ce second lot est fixée à 68 000 euros. Celles-ci sont « exploitées et louées selon bail rural », précise la SCP Frison et associés chargée d’administrer la vente. Cynisme de la part des administrateurs de ces biens ou pas, ils précisent « qu’à défaut d’enchères », le prix des biens pourra être « baissé du quart » pour le premier lot, et « baissé de moitié » pour le second. Afin que les acheteurs potentiels se rendent compte des biens mis en vente, une visite sur place est prévue ce vendredi 4 mars, en matinée.

Éviter à tout prix la flambée

Si la démarche peut surprendre, voire choquer, il ne s’agit pas pourtant d’un cas isolé. En juin 2019, on se souvient effectivement qu’une vente de terres agricoles avait déjà défrayé la chronique et mobilisé la profession agricole. Alors que 14 hectares de foncier situés sur la commune de Camon étaient mis en vente aux enchères, une cinquantaine d’agriculteurs s’étaient donné rendez-vous dans le hall du tribunal d’Amiens à l’appel de la FDSEA et des JA pour suivre la vente, et s’y opposer. Celle-ci avait finalement eu lieu, donnant lieu à une adjudication à 136 000 euros pour une mise à prix initiale de 50 000 euros. Alors président des Jeunes Agriculteurs de la Somme, Vincent Savary partageait son « inquiétude » vis-à-vis de ce mode de transaction, rendant compliquée l’installation. Quelques années plus tard, force est de constater que la pression sur le foncier agricole ne s’est pas éteinte, d’où un appel de la profession agricole à se tenir prêt à une mobilisation dans l’hypothèse où une tentative « pour faire autrement », selon les mots de la secrétaire générale de la FDSEA de la Somme, Marie-Françoise Lepers.

"Pas de terres aux enchères !", pour Marie-Françoise Lepers (FDSEA80)

Le 15 mars prochain à 15 heures, à Amiens, une vente aux enchères de terres agricoles occupées est programmée. Le scénario est à peu près toujours le même : un propriétaire qui connait des difficultés, ça arrive mais qui se voit placer dans une procédure de liquidation judiciaire avant même d’essayer de vendre son foncier. L’inconvénient dans ces situations-là qui sont strictement les mêmes que celles qui nous ont fait bouger il y a quelques années, fait que dans la procédure, il n’y a plus de place pour la discussion entre le liquidateur et le fermier en place, quand bien même celui-ci est prêt à se porter acquéreur à des tarifs normaux et respectables. Nous devons être prêt à intervenir dans cette situation comme nous l’avons fait par le passé. Il est hors de question de laisser vendre des terres agricoles aux enchères, dans la perspective d’aller au plus offrant et de mettre le feu au marché du foncier. Le liquidateur dira que la Safer peut toujours se porter acquéreur à la fin de la vente, mais à deux conditions : cela ne peut se faire qu’à la valeur de l’enchère et sans révision de prix, et il faut que cette valeur soit compatible avec la capacité d’intervention fixée suite à l’expertise des domaines. Donc c’est un peu la roulette mais si la semaine n’était pas aussi tragique, je dirais même la roulette russe. Nous tentons encore à cette heure une solution à l’amiable mais force est de reconnaitre qu’il faut être deux pour discuter et ce n’est pas le cas à cette heure. L’expérience, dans l’intérêt des créanciers est de trouver une solution à l’amiable, car une vente aux enchères qui tourne court n’est pas la plus profitable. Mais pour qu’elle tourne court, il faut que nous soyons nombreux dans le palais de justice ; calme, car c’est une séance publique mais nombreux. Nous vous demandons donc d’être prêt à cette éventualité pour laquelle nous vous remobiliserons le cas échéant la semaine prochaine.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde