Aller au contenu principal

Elevage bovin
Eleveurs bovins (4/10). Des vaches Aubrac au Pays du Coquelicot

 Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine, nous allons à la rencontre de l’un de ces passionnés de la Somme. L’exploitation familiale des Leignel, à Bray-sur-Somme, n’avait pas connu de vaches depuis 1991. Charles a remis sur pied un troupeau d’Aubrac pour valoriser ses terres blanches.

«Les vaches sont souvent du caractère de l’éleveur», sourit Charles Leignel. Il semblerait que celui-ci soit bien dans ses bottes.
© A. P.

L’élevage bovin ? Charles Leignel a été élevé dedans lorsqu’il était petit. Bien que son père, plus féru de tracteurs que de vaches, ait arrêté l’atelier d’allaitantes en 1991, la passion est restée. «Je me suis installé en 2006. J’avais l’élevage en tête. Les mauvaises récoltes consécutives ont fini de me convaincre. L’élevage permet de valoriser les terres à faible potentiel.»
Il faut dire que sur les 150 ha de l’exploitation de Bray-sur-Somme, dans la Communauté de communes du Pays du Coquelicot, 50 % sont des terres superficielles, dites cranettes sur craie. «Quant on fait 60 t de betteraves, 50 qx/ha en blé, et que les cultures de printemps souffrent d’autant plus de la sécheresse, il faut se remettre en question et trouver la manière de tirer son épingle du jeu.» Une vingtaine d’hectares sont donc désormais des prairies et surfaces fourragères, valorisées par un troupeau de vaches Aubrac, qui a intégré l’exploitation en mars 2019.
«Je voulais une race qui permette de me démarquer, car une petite partie est vendue en direct, en caissettes. C’est aussi une belle vache, douce, rustique, maternelle, qui vêle bien… Bref, facile à élever», justifie Charles Leignel. Quinze mères et dix-huit génisses ont été achetées dans l’Aveyron, berceau de la race. Aujourd’hui, trente mères constituent le cheptel, et la suite est engraissée. Un atelier qui convient bien à l’éleveur. «Je veux rester à taille humaine, et je veux pouvoir y travailler seul.»
Pour cela, l’éleveur s’est «donné les moyens de réussir». Après plusieurs visites d’élevages qui ont permis de cerner les besoins, des investissements ont été réalisés, en plus de l’achat des bêtes : bâtiment d’élevage de 850 m2, parc de contention avec case de pesée, silos à grains… À part les compléments pour les animaux en finition, les productions de l’exploitation suffisent à alimenter les bêtes : foin de luzerne essentiellement, enrubannage, betteraves fourragères et céréales aplaties.
Charles a aussi acheté deux bons taureaux pour assurer la reproduction. «C’est beaucoup plus facile d’utilisation que l’insémination artificielle. Lui sait quand la vache est en chaleur !» Les reproducteurs ont été choisis pour les qualités qu’il transmettent : «pas trop grands pour rester dans le gabarit, bien faits pour donner des veaux de forme, et un tempérament calme… Bien que les vaches ont souvent le caractère de l’éleveur», sourit-il. Il n’y a qu’à pousser la porte du bâtiment pour constater que les Aubrac ont trouvé la sérénité qui leur convient.

«il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier. La diversification est une bonne stratégie. D’autant que les vaches, c’est du capital.»

L’équilibre à tout point de vue
Quant à la rentabilité de ce tout nouvel atelier ? Pour l’instant, avec les investissements, il est coûteux plus qu’il ne rapporte. «Une partie du chiffre d’affaires, même si la marge était faible, a aussi été supprimée par le remplacement de quelques hectares de cultures en surfaces fourragères.» Mais l’éleveur y voit clair à plus long terme : «D’ici quatre ans, je devrais sentir les bénéfices.» Le temps d’un cycle et de la vente des premières vaches, qui, pour l’instant, étaient gardées pour le développement du troupeau. Charles Leignel en est convaincu : «il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier. La diversification est une bonne stratégie. D’autant que les vaches, c’est du capital.»
L’élevage comporte un autre atout de taille : celle de l’apport de fumier, dont les premiers épandages ont été réalisés l’année dernière. «Nous allons ainsi ramener de la matière organique pour les terres, et c’est non négligeable. Cela assure l’équilibre complet de l’exploitation.» L’équilibre familial, lui aussi est préservé. «L’élevage, c’est chronophage, mais avec mes enfants et ma femme, nous nous sommes unis autour de ce projet. Je dirais même que les liens se sont renforcés.» Que demander de mieux ?

 

Infographie Leignel
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde