Aller au contenu principal

Elevage
Doux Frais : les cinq offres déposées

La liquidation de Doux frais jugée le 10 septembre.

Les candidats à la reprise du pôle frais du groupe Doux devaient se manifester le 10 août au plus tard. A la date prévue cinq offres de reprise partielle avaient été déposées au tribunal de commerce de Quimper. Un tandem constitué de Duc et de Glon Sanders, filiale de Sofiproteol se propose de reprendre trois sites. Il s’agit de l’usine de fabrication d’aliments pour volaille de Clémont dans le Cher, du couvoir de poussins situé à Amilly dans le Loiret et de l’abattoir de poulets basé à Boynes dans le Loiret également. De son coté la coopérative Axereal a déposé une offre concurrente sur l’usine de Clémont. De son coté LDC a confirmé sont intérêt pour la reprise du site de Laval dans la Mayenne. Son offre contient également une reprise partielle du site de Sérent dans le Morbihan. Le groupe Duc et la société de charcuterie industrielle, Tallec implantée à Bannalec dans le Finistère ont aussi effectué une offre sur l’usine de Sérent. Quant au groupe Doux qui a obtenu le prolongement de sa période de redressement judiciaire pour les activités export et produits élaborés, il souhaite reprendre une partie des salariés du site de Pleucadeuc dans la Morbihan.
En revanche, aucun repreneur n’a manifesté un intérêt pour l’abattoir de dindes de Blancafort dans le Cher et le site de Pontet dans le Vaucluse. Celui de Graincourt dans le Pas-de-Calais aurait reçu une proposition, mais elle a été jugée «irrecevable en l’état» par le tribunal de Commerce. L’offre aurait été faite pour le compte d’une société iranienne dont le nom n’a pas été précisé.
En attendant la décision du tribunal prévue pour le 10 septembre, Stéphane Le Foll et son secrétaire d’Etat à l’Agroalimentaire ont déclaré vouloir «tout mettre en œuvre pour améliorer les offres sur les sites repris et pour trouver une solution pour les sites menacés de fermeture, et rester vigilants sur les propositions du groupe Doux sur les pôles «export» et «produits élaborés pour s’assurer que celles-ci permettent la pérennisation de l’activité et des emplois». De son coté Sofiproteol a confirmé que l’offre coordonnée qu’elle avait déposée pour l’ensemble du groupe mais qui n’a pas été retenue par le tribunal de commerce restait sur la table, «dans l’optique d’un rendez-vous avec le tribunal en octobre», à l’issue de la phase de redressement judiciaire sur les pôles export et élaborés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde