Aller au contenu principal

Du «bio pré de vous» chez Sodiaal

Qu’y a-t-il de plus engagé que le lait bio chez Sodiaal ? «Le bio pré de vous», un nouveau référentiel qui permet une communication positive auprès du consommateur. 

Parmi les exigences du référentiel «Le bio pré de vous» : du pâturage au moins cent-quatre-vingt jours par an.
Parmi les exigences du référentiel «Le bio pré de vous» : du pâturage au moins cent-quatre-vingt jours par an.
© Pixabay

Les vaches bio des éleveurs Sodiaal sont chouchoutées. Elles pâturent au moins cent-quatre-vingt jours par an, mangent 100 % français, vivent dans une exploitation qui travaille à la réduction de l’empreinte carbone… Bref, elles sont bien dans leur peau, en atteste le diagnostic BoviWell auquel se soumet leur éleveur.

Ces critères sont ceux du nouveau référentiel «Le bio pré de vous» qu’a lancé la coopérative laitière en ce début de mois de mai. «Pensé par les éleveurs, il est plus engagé que le label AB. Chaque consommateur pourra trouver un producteur de lait bio engagé dans cette démarche avancée à moins de 180 km de chez lui», annonce le groupe dans un communiqué. Le logo «Le bio pré de vous» devrait apparaître sur les produits bio des marques Candia, Entremont et Nactalia dans les prochains mois.

Les 800 éleveurs bio (dont 59 en conversion) de Sodiaal sont concernés. «Dans la région Nord de la coopérative, qui s’étend des Ardennes à la Normandie, ils sont une vingtaine de producteurs bio», précise Olivier Gaffet, président du réseau Nord de Sodiaal. Parmi eux, Clément Coussement, installé à Orsimont, hameau de Villers-sur-Auchy (60), voit la démarche d’un bon œil. «C’est le moyen de valoriser nos bonnes pratiques auprès du grand public. Pour la plupart d’entre nous, nos pratiques répondent déjà à ce cahier des charges augmenté par rapport au bio», témoigne-t-il.

Lui s’est installé en septembre 2015 et a entamé une conversion bio en avril 2018. «Les résultats économiques de ma première année d’exploitation ont été très mauvais. J’ai subi la crise du lait de 2016, à laquelle s’ajoutaient les coûts de l’installation. Avec 55 ha attenants à la ferme (75 ha de SAU au total), j’ai décidé de passer au tout herbe pour réduire au maximum les coûts de production. La marche à franchir pour passer au bio n’était finalement plus si haute.»

 

Tout un système à penser

Aujourd’hui, Clément Coussement a poussé plus loin la logique de son système, avec un objectif de suppression des charges opérationnelles. La petite centaine de vaches (c’est un peu trop pour la surface d’herbe disponible), pâture de mi-février à mi-décembre. La clôture est décalée chaque jour pour optimiser le pâturage. Le troupeau de Holstein devient progressivement un troupeau de Kiwi (Holstein x Jersiaise), une race reconnue en Nouvelle-Zélande, particulièrement adaptée aux systèmes herbagers. «Ces vaches produisent moins mais présentent de réels avantages : elles sont plus petites, plus légères, donc ont moins de problèmes de pattes, sont plus rustiques, vivent bien une lactation 100 % à l’herbe, donnent un lait plus riche, avec de meilleurs taux», analyse l’éleveur. Seul facteur limitant : «les conditions climatiques avec des printemps de plus en plus secs, qui limitent la pousse de l’herbe.» 

Les frais vétérinaires, eux, sont passés de 18 000 € annuels en 2015-2016 à 4 000 € cette année, et le taux de renouvellement est presque maximal. Des preuves du bien-être animal que devraient apprécier les consommateurs. 

La coopérative accompagne la conversion au bio des éleveurs avec une aide à la conversion (57 /1 000 l) en 2020. Cependant, ces conversions sont moins sollicitées. «C’est le marché qui commande, et celui du bio stagne», avoue Olivier Gaffet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Les Garages François, une histoire de famille
Les Garages François, c’est l’histoire d’une entreprise familiale avec une grande vocation, celle de servir et de satisfaire ses…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde