Aller au contenu principal

Du changement pour la cession des parts de SCEA

Jusqu’à l’adoption de la loi de finances pour 2020, les ventes de parts sociétés civiles à objet principalement agricole étaient soumises au droit d’enregistrement de 125 €. Depuis le 1er janvier 2020, plusieurs changements sont intervenus, notamment pour la Société civile d’exploitation agricole (SCEA).

Les cessions de parts de SCEA constituées depuis moins de trois ans sont soumises au droit proportionnel de 3 %. 
Au-delà du délai de trois ans, elles sont taxées au droit fixe de 125 €.
Les cessions de parts de SCEA constituées depuis moins de trois ans sont soumises au droit proportionnel de 3 %.
Au-delà du délai de trois ans, elles sont taxées au droit fixe de 125 €.
© D. R.



L’article 20 de la loi réserve le bénéfice du régime de faveur du droit fixe de 125 € applicable en cas de cession de parts de sociétés civiles à objet principalement agricole aux cessions de parts de sociétés constituées depuis au moins trois ans avant la cession de parts.
La mesure a pour objet de contrecarrer les pratiques d’optimisation fiscale consistant à transformer, peu avant la cession des parts, une société ordinaire de type commerciale en société civile agricole (généralement une SCEA) afin de bénéficier du tarif de 125 €. Mais cela concerne aussi les sociétés civiles qui viennent de se constituer et qui cèdent rapidement leurs parts à une société, personne morale.

Sociétés concernées
À partir du 1er janvier 2020, seules les cessions de parts sociales de Gaec et d’EARL à l’impôt sur le revenu continuent de bénéficier du droit fixe de 125 €, sans qu’il y ait lieu de justifier de trois années d’existence du groupement ou de la société au moment de la cession.
Seules sont concernées par cette restriction les cessions de parts de sociétés civiles à objet principalement agricole, au nombre desquelles figurent notamment les sociétés civiles d’exploitation agricole (SCEA), les groupements fonciers agricoles (GFA) exploitants et non exploitants (bailleurs), les groupements agricoles fonciers (GAF), les groupements forestiers et les groupements fonciers ruraux (GFR) qui n’ont pas été constituées depuis au moins trois ans. À défaut, les cessions de parts seront soumises : soit au droit proportionnel de 3 % sur les parts cédées et d’un abattement égal au rapport entre 23 000 € et le nombre de parts totales de la société ; soit au taux de 5 % si la société est à prépondérance immobilière, c’est-à-dire que l’actif est constitué essentiellement de biens ou de droits immobiliers.

Exemple
Une SCEA s’est constituée en 2018 et n’est pas à prépondérance immobilière. En février 2020,
un associé vend 700 parts pour 140 000 € sur les 1 400 parts que constitue la société.
Le calcul au moment de l’enregistrement de la vente sera le suivant : la base taxable sera de 140 000 € - (23 000 € x 700 parts / 1 400 parts au total dans la SCEA) = 128 500 €.
L’imposition sera de 128 500 x 3 % = 3 855 € de droits à payer au lieu de 125 € si les parts avaient été détenues au moins trois ans, soit un surcoût de 3 730 €.

Société transformée
A priori, si la société a été transformée, le délai de trois ans est décompté à partir de la date de création de la société et non pas celle de la transformation. Par exemple, un Gaec crée en 2014, qui vient de se transformer en SCEA en 2020, les cessions de parts seront toujours soumises au droit fixe de 125 €, compte tenu de sa création en 2014. On ne tiendra pas compte de la date de transformation en 2020.
Cette restriction imposée aux SCEA semble assez peu convaincante, du fait qu’une fois le délai de trois ans acquis, les cessions de parts bénéficieront, quoiqu’il en soit, du droit fixe de 125 €.
Toutefois, pour les GFA (groupements fonciers agricoles) «bailleur», une tolérance serait admise par Bercy de rester au droit fixe, qu’elle que soit la date de constitution.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde