Aller au contenu principal

Diversification
Du croquant tout droit sorti de leurs champs

Au sud d’Amiens, deux jeunes agriculteurs se sont associés pour créer leur atelier de fabrication de chips aromatisés. Leur matière première ? Du blé produit sur l’exploitation agricole de l’un d’eux.

Avec leurs recettes originales, Antoine Lemaire et Pierre-Louis Lambert sont en train de révolutionner l’apéritif.
© V.F.

Avec leur process original, Antoine Lemaire et Pierre-Louis Lambert – ses amis l’appellent Pilou et c’est inscrit sur l’emballage -, sont en train de révolutionner l’apéritif. L’un est agriculteur à Chaussoy-Epagny dans le canton d’Ailly-sur-Noye, l’autre est installé à Bellenglise, dans le Saint-Quentinois (02). Leur idée ? Fabriquer des chips à partir d’un blé picard sous la marque « Ferm Fabrik ».

Des agriculteurs qui fabriquent eux-mêmes des chips à partir de leurs propres pommes de terre, on connait. Des fabrications de chips à partir de blé noir, on connait aussi et on en trouve en Bretagne. En revanche, ce qui est innovant, et plutôt bon à partager, c’est leur fabrication de chips à base de blé.

En quête d’une diversification pour leurs fermes, ils expliquent avoir voulu privilégier une transformation de leurs propres matières premières, en misant sur le volet « local ». « On va voulu quelque chose qui soit bon en goût, bon pour les consommateurs puisque nos chips sont 50% moins grasses que des chips classiques, et bon pour la planète puisque nos fermes sont en agriculture raisonnée et que nous cherchons des matières premières locales », résume Pierre-Louis.

Des chips sans friture

La fabrication a débuté fin février et les premières livraisons sont en route.  Dans leur atelier installé dans une dépendance du corps de ferme de la SCEA Lemaire-Dupuy à Chaussoy-Epagny, Antoine et Pierre-Louis s’affairent autour d’une machine qui humidifie, chauffe et aplatit leur blé. A la sortie, ils obtiennent une série de galettes fines, un peu plus lourdes et épaisses qu’une chips de pommes de terre, et craquantes juste ce qu’il faut. L’étape suivante consiste à les aromatiser selon leurs goûts. A la main.

« C’est un sacré boulot, mais c’est un début et cela participe à rendre le produit artisanal », explique Antoine. Contrairement à une chips de pommes de terre, la fabrication des chips de blé ne nécessite pas d’huile pour la cuisson. « La seule quantité d’huile qu’on utilise, c’est pour faire adhérer l’assaisonnement aux chips, poursuit-il. Tout est naturel, on n’utilise pas de procédés chimiques ».

Trois recettes à déguster

Plus d’une centaine de tests ont été réalisés pour mettre au point trois recettes : au sel fumé du Cap Gris-Nez, à la betterave rouge et à l’oignon, et la dernière, au piment doux. Pour chacune des recettes, la base est identique. Pour chaque paquet de 90%, le blé est à l’honneur puisqu’il représente « entre 79% et 89,5% » de la composition. Le reste ?  « Une cuillère d’huile de tournesol française, un soupçon de sel, de l’ail, du poivre ou du sucre », et « rien de bizarre en plus ». Les ingrédients sont sélectionnés pour leur provenance régionale « dans la mesure du possible ». C’est notamment le cas pour ce qui est du blé – évidemment, puisqu’il est cultivé à moins d’un kilomètre de l’atelier -, de la betterave rouge, du sel de mer ou encore de l’oignon. « Malheureusement, on ne fait pas de poivre chez nous », sourit Pierre-Louis. Idem en ce qui concerne le piment qui a été sélectionné « pour ne pas être trop puissant ». 

Chips de blé

Les deux jeunes agriculteurs se donnent six mois pour « tester » le marché de leurs produits et décider de poursuivre ou pas l’aventure. Déjà en vente chez un caviste de Glisy, les chips au blé de « Ferm Fabrik » devraient pouvoir se trouver très prochainement dans d’autres boutiques spécialisées dans l’art de l’apéro à Saint-Quentin ou Lille. Le site Internet de la jeune entreprise permet également aux particuliers comme aux revendeurs professionnels d’en commander depuis leur site Internet ou les réseaux sociaux (Facebook, Instagram).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde