Aller au contenu principal

Diversification
Du croquant tout droit sorti de leurs champs

Au sud d’Amiens, deux jeunes agriculteurs se sont associés pour créer leur atelier de fabrication de chips aromatisés. Leur matière première ? Du blé produit sur l’exploitation agricole de l’un d’eux.

Avec leurs recettes originales, Antoine Lemaire et Pierre-Louis Lambert sont en train de révolutionner l’apéritif.
© V.F.

Avec leur process original, Antoine Lemaire et Pierre-Louis Lambert – ses amis l’appellent Pilou et c’est inscrit sur l’emballage -, sont en train de révolutionner l’apéritif. L’un est agriculteur à Chaussoy-Epagny dans le canton d’Ailly-sur-Noye, l’autre est installé à Bellenglise, dans le Saint-Quentinois (02). Leur idée ? Fabriquer des chips à partir d’un blé picard sous la marque « Ferm Fabrik ».

Des agriculteurs qui fabriquent eux-mêmes des chips à partir de leurs propres pommes de terre, on connait. Des fabrications de chips à partir de blé noir, on connait aussi et on en trouve en Bretagne. En revanche, ce qui est innovant, et plutôt bon à partager, c’est leur fabrication de chips à base de blé.

En quête d’une diversification pour leurs fermes, ils expliquent avoir voulu privilégier une transformation de leurs propres matières premières, en misant sur le volet « local ». « On va voulu quelque chose qui soit bon en goût, bon pour les consommateurs puisque nos chips sont 50% moins grasses que des chips classiques, et bon pour la planète puisque nos fermes sont en agriculture raisonnée et que nous cherchons des matières premières locales », résume Pierre-Louis.

Des chips sans friture

La fabrication a débuté fin février et les premières livraisons sont en route.  Dans leur atelier installé dans une dépendance du corps de ferme de la SCEA Lemaire-Dupuy à Chaussoy-Epagny, Antoine et Pierre-Louis s’affairent autour d’une machine qui humidifie, chauffe et aplatit leur blé. A la sortie, ils obtiennent une série de galettes fines, un peu plus lourdes et épaisses qu’une chips de pommes de terre, et craquantes juste ce qu’il faut. L’étape suivante consiste à les aromatiser selon leurs goûts. A la main.

« C’est un sacré boulot, mais c’est un début et cela participe à rendre le produit artisanal », explique Antoine. Contrairement à une chips de pommes de terre, la fabrication des chips de blé ne nécessite pas d’huile pour la cuisson. « La seule quantité d’huile qu’on utilise, c’est pour faire adhérer l’assaisonnement aux chips, poursuit-il. Tout est naturel, on n’utilise pas de procédés chimiques ».

Trois recettes à déguster

Plus d’une centaine de tests ont été réalisés pour mettre au point trois recettes : au sel fumé du Cap Gris-Nez, à la betterave rouge et à l’oignon, et la dernière, au piment doux. Pour chacune des recettes, la base est identique. Pour chaque paquet de 90%, le blé est à l’honneur puisqu’il représente « entre 79% et 89,5% » de la composition. Le reste ?  « Une cuillère d’huile de tournesol française, un soupçon de sel, de l’ail, du poivre ou du sucre », et « rien de bizarre en plus ». Les ingrédients sont sélectionnés pour leur provenance régionale « dans la mesure du possible ». C’est notamment le cas pour ce qui est du blé – évidemment, puisqu’il est cultivé à moins d’un kilomètre de l’atelier -, de la betterave rouge, du sel de mer ou encore de l’oignon. « Malheureusement, on ne fait pas de poivre chez nous », sourit Pierre-Louis. Idem en ce qui concerne le piment qui a été sélectionné « pour ne pas être trop puissant ». 

Chips de blé

Les deux jeunes agriculteurs se donnent six mois pour « tester » le marché de leurs produits et décider de poursuivre ou pas l’aventure. Déjà en vente chez un caviste de Glisy, les chips au blé de « Ferm Fabrik » devraient pouvoir se trouver très prochainement dans d’autres boutiques spécialisées dans l’art de l’apéro à Saint-Quentin ou Lille. Le site Internet de la jeune entreprise permet également aux particuliers comme aux revendeurs professionnels d’en commander depuis leur site Internet ou les réseaux sociaux (Facebook, Instagram).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde