Aller au contenu principal

Fourrages
Du séchage de luzerne XXL pour valoriser des terres séchantes

Seize agriculteurs de l’est de la Somme sont réunis au sein de la Cuma Som’luzerne autour d’un projet de diversification : produire de la luzerne pour valoriser leurs terres séchantes. Un bâtiment de séchage en ballot leur permet de sécuriser et de valoriser au mieux leur production. 

Il y a trois ans, Jean-Luc Choquet, exploitant à Aizecourt-le-Bas, aussi à la tête d’une société de commerce, s’est trouvé fort dépourvu lorsqu’un client de Sicile lui a demandé 3 000 t de four-rage. «Je ne savais pas du tout où trouver ça, alors je l’ai orienté vers le foin de Crau (Association AOP dans les Bouches-du-Rhône). Le responsable m’a dit qu’en produire chez nous pourrait être une diversification intéressante.» La culture de la luzerne répond d’ailleurs à la problématique locale : valoriser de mauvaises terres, peu rentables, dans lesquelles les betteraves et les pommes de terre peinent à pousser. Reste qu’il fallait trouver un moyen de sécuriser la récolte, soumise aux aléas climatiques. 

«Avec des agriculteurs voisins, nous sommes allés visiter un bâtiment de séchage du secteur. Ça nous a convaincu, à condition de pouvoir sécher en ballot pour une facilité de transport.» Seize agriculteurs se regroupent finalement au sein de la Cuma Som’Luzerne. 700 000 € sont mobilisés pour la construction d’un bâtiment de séchage de 42 x 16 m, à Lieramont, capable d’accueillir l’équivalent de 16 ha de luzerne pressée. Une centaine d’hectares ont été implantés pour l’instant, avec une possibilité de sécher 60 ha supplémentaires. L’investissement, auquel s’est ajouté celui du matériel de récolte, a été en partie financé par deux PCAE et une aide du Conseil départemental. Ce
11 mai, les premiers ballots terminaient leur séchage. 

40 000 m3 d’air à l’heure

Le bâtiment fonctionne grâce à quatre ventilateurs installés au bout du bâtiment. «Ils poussent 40 000 m3 d’air à l’heure dans des gaines», explique Jean-Luc Choquet, désormais trésorier de la Cuma. Cet air, aspiré à température ambiante, est réchauffé sous les panneaux solaires installés sur le toit. «Le système fonctionne même un jour de pluie, puisqu’il y a toujours du rayonnement solaire.» L’air chaud est ensuite redistribué de manière homogène dans le bâtiment. 

Trois ou quatre jours sont nécessaires pour le séchage de ces ballots, rentrés à 40 % d’humidité au maximum. «Plus la luzerne est sèche, moins les coûts de séchage sont élevés. Notre principale charge est l’électricité, car les ventilateurs consomment 160 kW à eux quatre.» Celle produite par les panneaux solaires est revendue, mais à un prix bien inférieur à celui de l’achat. «Nous avons fait ce choix de la vente d’électricité parce que notre séchoir fonctionne six à sept semaines (en jours cumulés) par an, alors que l’électricité est produite toute l’année», justifie Jean-Luc Choquet.

 

«À la méthode betteravière»

L’organisation des chantiers de récolte, elle, se fait «à la méthode betteravière, par secteur». «Nous nous chargeons de la fauche et de l’andainage, mais nous faisons appel à un entrepreneur pour le pressage, car il faut être équipé d’une presse capable de faire des ballots bien homogènes, condition de leur séchage.»
Les agriculteurs tablent sur quatre récoltes à l’année, coupées au stade bourgeonnement au maximum. La luzerne est pré-séchée au champ quelques jours, avant d’être pressée et ramenée au
bâtiment. 

La valorisation de cette luzerne ? Quatre membres de la Cuma sont éleveurs et l’utiliseront en autoconsommation. Les autres montent un GIE (Groupement d’intérêt économique) pour sa vente. «La demande est là, aussi bien pour l’élevage local que plus loin. Pour un fourrage de cette qualité, les concurrents ne lâchent pas à moins de 200 €/t.» La luzerne présente d’autres avantages. «Avec 10 % de luzerne dans mon assolement, je suis 5* selon les critères de la nouvelle Pac», se réjouit Jean-Luc Choquet. Avec cette culture peu gourmande en intrants, l’agriculteur fait aussi des économies sur les IFT et sur les engrais. «Quoiqu’il ne faut pas négliger la potasse. J’en ai mis 350 unités.» 

L’itinéraire technique est encore à peaufiner pour certains membres de la Cuma, mais agronomiquement, la culture pérenne qui restera en place trois ans est aussi très intéressante : pouvoir nettoyant, structuration du sol grâce à un système racinaire très étendu… «Il descend à 2 ou 3 m de profondeur. Le manque d’eau n’est pas un problème pour la luzerne.» Son introduction dans la rotation est aussi une réponse à l’envolée des prix de l’azote. «Ça peut toujours monter, j’arriverais toujours à faire du blé derrière !» 

Si tout roule comme prévu pour la Cuma Som’Luzerne, un développement de l’activité est possible, avec l’installation de deux gaines supplémentaires, voire la construction d’un deuxième bâtiment de séchage. 

 

Une qualité de fourrage exceptionnelle

Le résultat est visible à l’œil nu : sous le bâtiment de séchage de la Cuma Som’Luzerne, les ballots, bien verts, semblent d’une qualité irréprochable. «Il nous faudra faire des analyses par lot pour pouvoir certifier sa valeur alimentaire. Ce sera un critère de vente», annonce  Jean-Luc Choquet, trésorier de la Cuma. Grâce à sa forte teneur en protéines, la luzerne est un fourrage idéal pour rééquilibrer les rations riches en énergie. Son séchage en bâtiment garantit cette qualité, puisqu’au champ, la feuille sèche deux fois plus vite que la tige. «C’est une perte de protéines.» Pour les quatre éleveurs membres de la Cuma, ce bâtiment promet une grande avancée vers l’autonomie alimentaire de leur troupeau. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde