Aller au contenu principal

Edouard Philippe tire un trait sur les marchés de plein air

Le Premier ministre a annoncé hier soir la fermeture des marchés de plein air pour répondre à l'évolution du coronavirus. Certains pourront être maintenus à la demande des maires et après avis des préfets.

Malgré l'interdiction, certains marchés pourront être maintenus, à la demande des maires et suivant l'avis du préfet.
Malgré l'interdiction, certains marchés pourront être maintenus, à la demande des maires et suivant l'avis du préfet.
© Ville de Saint-Omer

Hier soir, Marc-Antoine Ringot, un jeune maraîcher installé à Delettes dans le Pas-de-Calais criait sa colère sur les réseaux sociaux : « Allez en grande surface c'est bien mieux ! Tout le monde touche tout ! Chez moi, personne ne touche ma marchandise puisque je sert tout le monde sans exception ! Et depuis 3 ans que je fais le marché. Tous mes clients respectent les mesures de sécurité ! ! Ça me gave. Continuez à manger la merde qu'on vous donne en grande surface avec tous les produits étrangers ! Continuez à importer les produits d'ailleurs pas chers, c'est mieux pour votre porte-monnaie et votre santé. Allez-y, continuez... » Quelques minutes plus tôt, il apprenait la décision du gouvernement d'interdire les marchés - y compris alimentaires -, à partir du mardi 24 mars.

Marchés maintenus avec dérogation

Alors que de nombreux syndicats, tant d'agriculteurs que de commerçants, défendaient au cours des derniers jours le maintien des marchés alimentaires, le gouvernement a tranché le débat par l'interdiction. « Nous avons pris la décision de fermer les marchés », a indiqué le Premier ministre lors du journal télévisé de TF1. Il précise toutefois qu'une dérogation sera possible, donnée par le préfet sur demande du maire de la commune qui souhaite « organiser un marché selon des règles strictes ».

30% des marchés déjà interdits

Le 22 mars, le conseil d'Etat avait enjoint le gouvernement « dans les 48 heures » à « évaluer les risques pour la santé publique du maintien en fonctionnement des marchés ouverts, compte tenu de leur taille et de leur niveau de fréquentation ». Il estimait que le « fonctionnement des marchés ouverts (...) paraît autoriser dans certains cas des déplacements et des comportements contraires à la consigne générale ».

Un peu avant ces annonces, Monique Rubin, présidente de la Fédération nationale des marchés de France, estimait que 30% des marchés hebdomadaires ont été interdits depuis le début du confinement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde