Aller au contenu principal

Elevage caprin : à Equennes-Eramecourt, Claire Maison bichonne ses chèvres

Le 16 juin, Claire Maison ouvrira les portes de sa ferme dans le cadre de l’opération «Printemps à la ferme».

Comme avec ses vaches laitières, Claire Maison aime à caresser et embrasser ses chèvres, qui le lui rendent bien.
Comme avec ses vaches laitières, Claire Maison aime à caresser et embrasser ses chèvres, qui le lui rendent bien.
© F. G.



Ce n’est pas Claire Maison qui dira que ses chèvres laitières la rendent chèvre. Bien au contraire. Depuis qu’elles sont arrivées à la ferme, l’agricultrice, installée en Gaec avec son frère sur l’exploitation familiale depuis 2002, a réinventé son métier d’éleveuse. Celle qui a grandi au milieu des vaches laitières en a toujours pincé pour les chèvres. Aussi, lorsque les crises du lait à répétition frappent de plein fouet l’exploitation familiale, et que produire du lait ne rapporte plus rien et crée même des dettes, les vaches sont vendues au fur et à mesure, ainsi que le quota laitier. Mais hors de question pour  cette passionnée d’animaux, qui a fait un BTS productions animales au Paraclet, de voir disparaître tout élevage de la ferme. Aussi décide-t-elle de changer de braquet et de développer un atelier caprin.
En 2010, l’éleveuse achète quatre chèvres laitières d’une semaine, de race Poitevine, à un éleveur voisin. Même si cette race est plutôt faite pour le pâturage et produit peu de lait en comparaison d’autres races, il faut bien commencer avec les moyens à portée de main. Tout de suite, la transformation du lait fait partie de la réflexion de Claire, seul moyen pour dégager un revenu. Mais deux ans passeront - le temps de l’élevage des bêtes et des saillies, ainsi que la création d’un atelier de transformation - avant que l’éleveuse puisse fabriquer des yaourts et des fromages à partir du lait de chèvre, mais aussi de vache.

Production et alimentation animales
Si les vaches produisent du lait à longueur d’année, tel n’est pas le cas des chèvres. Aussi, pour avoir du lait de chèvre toute l’année, Claire décide de décaler les saillies, soit début août pour les chevrettes et fin octobre ou début novembre pour les chèvres. «On travaille naturellement avec les animaux. Les chèvres n’ont aucun traitement hormonal. On laisse faire la nature», commente-t-elle.
Naturel et sain, tels sont les préceptes qui définissent également  les choix arrêtés pour l’alimentation des vaches et des chèvres. En été, les vaches mangent l’herbe des pâturages et, en hiver, elles sont nourries avec de l’enrubannage d’herbe, du maïs grain aplati et des tourteaux de colza, ainsi que des minéraux pour compléter leur alimentation. La ration des chèvres se compose, elle, de foin, de maïs grain sec, avec des compléments en tourteaux de colza et minéraux. Foin et maïs sont produits sur place.
«Jusqu’ici, c’était les vaches qui étaient en pâture. L’élevage des chèvres était hors sol. A présent que nous n’avons plus que trois vaches, les chèvres vont pouvoir aller au pâturage. Cela va changer le goût des produits que nous faisons à partir de leur lait», s’enthousiasme Claire.

Du lait aux produits laitiers
Transformer le lait ne s’improvise pas cependant du jour au lendemain. Claire suit quelques formations sur les produits frais et les fromages avant de se lancer. «Mais on apprend surtout en faisant, et après quelques ratages», reconnaît-elle. Et de se souvenir du lait qui ne caille pas suffisamment, de caillés qui gonflent outre mesure ou encore de fromages bons pour la poubelle. «On s’est fait la main peu à peu. C’est vraiment un autre métier. Il faut du temps et de la patience, car c’est très chronophage et pointu. Quand on se lance, on n’imagine pas la quantité de travail que cela représente. Il faut que ce soit vraiment une passion pour le faire», ajoute-t-elle.
Aujourd’hui, avec un cheptel composé de cinquante-cinq chèvres, de race Saanen et Alpine, elle produit 35 000 litres de lait par an qu’elle transforme en yaourts brassés nature et aux fruits, en fromages frais (nature ou aromatisés), en fromages affinés, en bûches et en tomme. Avec les 25 000 litres de lait de vache, elle fait des yaourts nature et aux fruits, ainsi que du Brie fermier, de la tomme, ainsi qu’un type de camembert, «Le Torchon», du nom du corps de ferme acheté par ses arrière-grands-parents.
De son atelier de transformation sortent chaque année près de 160 000 yaourts à base de lait de vache et 170 000 à base de lait de chèvre, ainsi qu’environ 14 500  fromages frais de chèvre, 4 200 fromages de chèvre affinés, 260 bûches de chèvre, 1 500 camemberts, 400 Brie, 160 tommes de vache, 260 de chèvre. Tout se fait à la main jusqu’au fruit mis dans les yaourts à la cuillère. «Notre exploitation est restée à taille humaine. On privilégie le côté artisanal, même si c’est du travail», concède-t-elle.
Tous ces produits seront vendus en bio à partir d’octobre 2020, puisque les prairies sont passées, cette année, en agriculture biologique. Si la demande de la clientèle a joué un rôle dans la conversion des terres, ce passage n’a pas non plus constitué une révolution de Copernic pour l’agricultrice. «Le cahier des charges se rapproche beaucoup de ce que l’on faisait déjà. Pour nous, c’est donc un changement qui s’inscrit dans la continuité de nos pratiques», explique-t-elle. L’étape suivante : développer son cheptel pour faire du lait de chèvre bio très demandé par les coopératives alentours.
Mais Claire n’arrêtera pas pour autant la transformation du lait en produits laitiers dont ses clients (marchés, plate-forme Appro local, restaurateurs, établissements scolaires et fromageries, vente sur place) sont friands. Elle prévoit même d’ouvrir un point vente dans le corps de ferme. Encore un autre métier, mais qu’elle a pris à bras-le-corps, heureuse de pouvoir raconter son quotidien d’éleveuse et de faire goûter ses produits.

Porte ouverte, le 16 juin, de 11h à 17h. 17 rue du 8 mai, à Equennes-Eramecourt. Visite guidée de l’élevage, dégustation des produits sur place, achat des produits possibles et petit marché fermier

Chiffres clés

35 ha dont 13 ha de prairies, 7,5 ha de maïs, 7 ha de blé et 7,5 ha de ray-grass
55 chèvres laitières et des chevrettes
3 vaches laitières
35 000 l de lait de chèvre par an
25 000 l de lait de vache par an

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde