Aller au contenu principal

Environnement
Améliorer l’eau en additionnant les politiques

L’Agence de l’eau Seine-Normandie a présenté, le 26 novembre, son bilan annuel. Le nombre de captages dégradés se réduit, mais des problèmes subsistent sur les nitrates et les pesticides. La solution, estiment les représentants de l’Agence, viendra de la complémentarité entre politiques locales et nationales.

La plupart des nouveaux sites où la qualité de l’eau se dégrade «se trouvent principalement dans les zones de retournement de prairies, et notamment  en Normandie», constate l’Agence de l’eau Seine-Normandie.
La plupart des nouveaux sites où la qualité de l’eau se dégrade «se trouvent principalement dans les zones de retournement de prairies, et notamment en Normandie», constate l’Agence de l’eau Seine-Normandie.
© Pixabay

C’est aujourd’hui une question réglementaire, qui pourrait se transformer demain en enjeu de survie. «Le changement climatique va entraîner des périodes d’à-sec et nous aurons besoin de tous les captages. Nous ne pouvons donc pas nous permettre d’en gâcher avec les pollutions», alerte Christophe Poupart, directeur de la connaissance au sein de l’Agence Seine-Normandie. Le bilan annuel de la qualité du bassin paru le 26 novembre montre que les efforts commencent à payer. Pour les eaux souterraines, par exemple, 25 stations supplémentaires sont passées récemment dans la catégorie «bon état». Au total, cette catégorie représente désormais 58 % de 512 stations étudiées, contre 53 % en 2019. Mais «les dégradations liées aux nitrates sont en hausse», regrette Christophe Poupart, alors qu’environ 90 stations sur le bassin de l’Agence ont été déclassées en 2021 pour ce paramètre.

La période récente a d’ailleurs vu, rappelle-t-il, «une aggravation des épisodes d’échouages d’algues, comme à Courseulles-sur-Mer (Calvados)». Car la plupart des nouveaux sites dégradés «se trouvent principalement dans les zones de retournement de prairies, et notamment en Normandie», selon M. Poupart.

 

Les pesticides restent l’enjeu principal

«Le premier facteur qui dégrade les eaux souterraines demeure les pesticides», souligne Christophe Poupart. En 2020, près de 200 stations auraient été déclassées en raison de dépassement des concentrations réglementaires concernant les pesticides ou leurs métabolites. Et au total, sur la période 2012-2017, près de 74 captages «ont été abandonnés pour des motifs liés aux pesticides», rappelle l’Agence.

Pour espérer rouvrir les captages fermés en raison des pesticides ou des nitrates, des efforts soutenus seront nécessaires sur le long terme. Puisque, comme l’explique Christophe Poupart, «il faut des années, voire des dizaines d’années pour observer des améliorations». Une transition que l’Agence tente d’accompagner grâce à des aides au développement du bio ou aux filières à bas intrants.

Et c’est avant tout «la combinaison des outils» qui permettra de restaurer les nappes, selon Sandrine Rocard, directrice générale de l’Agence. En plus des aides aux producteurs, rappelle-t-elle, le bassin s’est lancé depuis 2019 dans l’expérimentation des paiements pour services environnementaux. Autant d’initiatives qui doivent, à ses yeux, être accompagnées au niveau national par «la réglementation ou même le levier fiscal, qui peuvent être des outils de politiques publiques». Mais alors que les nouveaux plans régionaux nitrates et le Sdage sont en consultation, d’autres pistes pourraient encore être explorées. En matière de surveillance, Christophe Poupart suggère, par exemple, que «des observatoires des reliquats azotés pourraient être développés dans les départements», sur un modèle inspiré des travaux en cours au sein d’Eau de Paris.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde