Aller au contenu principal

En Val de Somme, 360 mètres de biodiversité bien plantés

Dans le cadre d’un projet d’initiative et de communication (PIC), un groupe d’étudiants du lycée agricole du Paraclet a partagé un chantier de plantation d’une haie champêtre sur la parcelle d’un agriculteur d’Albert.

Agathe Charles, Benoît Cardon, Antonin Chivet, Victorien Thoquenne, les quatre chefs de projet de cette opération baptisée «Agro-haiEcologie» et l’agriculteur qui accueille sur sa parcelle une haie bienvenue.
Agathe Charles, Benoît Cardon, Antonin Chivet, Victorien Thoquenne, les quatre chefs de projet de cette opération baptisée «Agro-haiEcologie» et l’agriculteur qui accueille sur sa parcelle une haie bienvenue.
© V. F.



Sur les hauteurs de la commune d’Albert, Jean Merien n’en est pas à sa première initiative en matière de lutte contre les coulées de boue et le ruissellement. Seulement, samedi dernier, c’est avec le concours d’un groupe de quatre étudiants du lycée agricole et du centre de formation d’apprentis du Paraclet que l’agriculteur a planté quelque 360 mètres d’une haie champêtre. Pour Agathe Charles, Benoît Cardon, Antonin Chivet et Victorien Thoquenne, les quatre chefs de projet de cette opération baptisée «Agro-haiEcologie», celle-ci devait remplir plusieurs objectifs : d’abord, servir de support à un projet d’initiative et de communication (PIC) ; aborder différentes notions autour de l’agroécologie et, enfin, sensibiliser d’autres élèves comme le grand public au rôle de la haie. C’est à l’occasion d’un cours d’agroécologie et le rôle de la haie que les étudiants ont fait connaissance avec l’agriculteur. Le courant ayant bien passé entre eux, c’est tout naturellement qu’Agathe, Benoît, Antonin et Victorien l’ont sollicité pour les accompagner dans la réalisation de leur projet. Ce dernier s’est volontiers prêté au jeu, constatant davantage de bénéfices que d’inconvénients à l’implantation de cette bande arbustive.

Plus d’avantages que d’inconvénients
Entre deux étapes de la réalisation de leur chantier, les étudiants ne tarissaient pas d’éloges sur l’utilité de la haie composée de différentes essences : «protection de la ressource en eau, des sols, effet brise-vent, lutte contre l’effet de serre, renforcement de la biodiversité, production éventuelle de bois ou de fruits ou encore amélioration du cadre de vie». Côté plantation, chaque plant a été espacé d’un mètre, et installé à une profondeur comprise entre 20 et 30 centimètres. Un tuteur, un paillage ainsi qu’un filet de protection complètent la plantation. Pour réaliser leur chantier, les étudiants ont pu s’appuyer sur les conseils avisés de plusieurs de leurs formateurs. Pour Benoît Cardon, «le plus difficile a été de trouver les bons interlocuteurs et les bonnes volontés dans le contexte sanitaire actuel…» Au lieu de la soixantaine de participants attendus, ils n’étaient en effet qu’une dizaine au rendez-vous, samedi. Qu’il s’agisse du volet technique ou du côté financier, les étudiants ont reçu le soutien de plusieurs partenaires : Communauté de communes du Pays du Coquelicot, Conseil départemental de la Somme, Draaf, Agrotransfert ou encore Symbiose. À la fin de la journée, l’essentiel était bien atteint : un agriculteur satisfait du résultat et des étudiants impliqués qui ont parfaitement réalisé leur projet.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde