Aller au contenu principal

En Val de Somme, 360 mètres de biodiversité bien plantés

Dans le cadre d’un projet d’initiative et de communication (PIC), un groupe d’étudiants du lycée agricole du Paraclet a partagé un chantier de plantation d’une haie champêtre sur la parcelle d’un agriculteur d’Albert.

Agathe Charles, Benoît Cardon, Antonin Chivet, Victorien Thoquenne, les quatre chefs de projet de cette opération baptisée «Agro-haiEcologie» et l’agriculteur qui accueille sur sa parcelle une haie bienvenue.
Agathe Charles, Benoît Cardon, Antonin Chivet, Victorien Thoquenne, les quatre chefs de projet de cette opération baptisée «Agro-haiEcologie» et l’agriculteur qui accueille sur sa parcelle une haie bienvenue.
© V. F.



Sur les hauteurs de la commune d’Albert, Jean Merien n’en est pas à sa première initiative en matière de lutte contre les coulées de boue et le ruissellement. Seulement, samedi dernier, c’est avec le concours d’un groupe de quatre étudiants du lycée agricole et du centre de formation d’apprentis du Paraclet que l’agriculteur a planté quelque 360 mètres d’une haie champêtre. Pour Agathe Charles, Benoît Cardon, Antonin Chivet et Victorien Thoquenne, les quatre chefs de projet de cette opération baptisée «Agro-haiEcologie», celle-ci devait remplir plusieurs objectifs : d’abord, servir de support à un projet d’initiative et de communication (PIC) ; aborder différentes notions autour de l’agroécologie et, enfin, sensibiliser d’autres élèves comme le grand public au rôle de la haie. C’est à l’occasion d’un cours d’agroécologie et le rôle de la haie que les étudiants ont fait connaissance avec l’agriculteur. Le courant ayant bien passé entre eux, c’est tout naturellement qu’Agathe, Benoît, Antonin et Victorien l’ont sollicité pour les accompagner dans la réalisation de leur projet. Ce dernier s’est volontiers prêté au jeu, constatant davantage de bénéfices que d’inconvénients à l’implantation de cette bande arbustive.

Plus d’avantages que d’inconvénients
Entre deux étapes de la réalisation de leur chantier, les étudiants ne tarissaient pas d’éloges sur l’utilité de la haie composée de différentes essences : «protection de la ressource en eau, des sols, effet brise-vent, lutte contre l’effet de serre, renforcement de la biodiversité, production éventuelle de bois ou de fruits ou encore amélioration du cadre de vie». Côté plantation, chaque plant a été espacé d’un mètre, et installé à une profondeur comprise entre 20 et 30 centimètres. Un tuteur, un paillage ainsi qu’un filet de protection complètent la plantation. Pour réaliser leur chantier, les étudiants ont pu s’appuyer sur les conseils avisés de plusieurs de leurs formateurs. Pour Benoît Cardon, «le plus difficile a été de trouver les bons interlocuteurs et les bonnes volontés dans le contexte sanitaire actuel…» Au lieu de la soixantaine de participants attendus, ils n’étaient en effet qu’une dizaine au rendez-vous, samedi. Qu’il s’agisse du volet technique ou du côté financier, les étudiants ont reçu le soutien de plusieurs partenaires : Communauté de communes du Pays du Coquelicot, Conseil départemental de la Somme, Draaf, Agrotransfert ou encore Symbiose. À la fin de la journée, l’essentiel était bien atteint : un agriculteur satisfait du résultat et des étudiants impliqués qui ont parfaitement réalisé leur projet.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde