Aller au contenu principal

Encore un plan stratégique, cette fois pour la filière avicole

Le ministre va faire des propositions pour aboutir à des mesures concrètes au printemps prochain.

L’environnement est un des principaux sujets que devra traiter ce plan.
L’environnement est un des principaux sujets que devra traiter ce plan.
© AAP

Après le porc, c’est au tour de la volaille. Guillaume Garot, le ministre délégué à l’industrie alimentaire, a annoncé la mise en œuvre d’un plan stratégique pour l’aviculture, lors de l’assemblée générale de Confédération française de l’aviculture (CFA) qui s’est déroulée à Paris le 7 novembre. Il revient à Alain Berger, le délégué interministériel pour l’agroalimentaire, de préparer ce plan et de faire des propositions dans le courant du premier trimestre 2013.
Sans attendre, le ministre a néanmoins insisté sur le fait que ce plan devra traiter de la question environnementale. «On doit jeter les bases d’un nouveau modèle de production qui concilie la performance économique et la performance écologique» a-t-il indiqué. De son coté Alain Berger n’a pas caché que le dossier environnemental «est le sujet central sur lequel le gouvernement et la profession doivent s’impliquer». En effet, sous la pression des écologistes, l’administration ne cesse d’empiler les contraintes souvent plus draconiennes que les règles européennes, et d’allonger les délais d’instruction qui découragent les meilleures volontés à investir dans l’aviculture. Sans parler les recours éventuels des riverains contre les projets des éleveurs. Si on y ajoute, l’augmentation du coût des matières premières pour l’alimentation animale que la filière n’est pas en mesure de répercuter à l’aval, le panorama n’est pas très encourageant. Revenu en baisse, installations vieillissantes, pression de l’environnement, toutes les conditions sont réunies pour conforter le déclin de la filière avicole nationale.

Diagnostic partagé
Un diagnostic illustré par la dégradation du commerce extérieur. La France qui affichait un excédent de 1,2 milliard d’euros en 2000 se retrouve quasiment à l’équilibre avec 240 millions d’euros d’excédent seulement en 2011, Notre pays importe désormais 45 % des poulets. «Cela devient intolérable» a déclaré Michel Prugue, le président de la CFA, alors qu’il dispose d’ «un savoir faire avicole et une indéniable qualité de sa production». Dans l’immédiat, le ministre a confirmé que le pacte de compétitivité annoncé par Jean-Marc Ayrault (voir notre précédente édition) concernera l’agroalimentaire, y compris la filière avicole. «Le crédit d’impôt proposé devrait se traduire par un allègement de 6 % des cotisations sociales patronales dès 2013» a-t-il assuré. La Banque publique pour l’investissement nouvellement créée pourra également être sollicitée pour accompagner les projets d’investissement. Quant aux relations avec la grande distribution, elles feront l’objet d’une table ronde qui réunira l’ensemble des acteurs de la filière le 21 novembre prochain.

Les Français se sont détournés du poulet entier
«La France avait un modèle alimentaire très diversifié avec des volailles de qualité. C’est toujours vrai. Mais en dix ans, les achats de poulets entiers par les ménages sont passés de 52 à 32%. Alors que, dans le même temps, les élaborés de volaille voient leur part augmenter», a expliqué Pascale Magdelaine, directrice du pôle économique de l’Itavi (institut technique de l’aviculture). Les professionnels de la filière sont conscients qu’ils devront prendre en compte ces évolutions de consommation tout en gardant une diversité des productions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde