Aller au contenu principal

Exploitations agricoles cherchent encore stagiaires ou apprentis

Les élèves ont retrouvé les bancs de l'école cette semaine, mais plusieurs fermes de la Somme sont toujours en recherche d'un jeune à former.

Frédéric Richard souhaite partager son quotidien avec un jeune motivé. «Notre métier souffre d'a priori. Agriculteur est pourtant un métier passionnant.»
Frédéric Richard souhaite partager son quotidien avec un jeune motivé. «Notre métier souffre d'a priori. Agriculteur est pourtant un métier passionnant.»
© A. P.



Frédéric Richard, polyculteur et éleveur laitier de Vers-sur-Selle, a fait toutes ses études en alternance. «Mécanique, élevage porcin, production de foie gras, élevages laitiers... J'ai eu la chance de diversifier les expériences sur le terrain. Ça m'a permis de découvrir plusieurs méthodes de travail avant mon installation, en 2003.» Aujourd'hui, l'agriculteur, à la tête d'une exploitation d'une cinquantaine de laitières et de 130 ha de cultures veut donc «rendre la pareille» en accueillant un stagiaire ou un apprenti. Mais personne ne se bouscule pour obtenir le poste.
Le professionnel n'est pas le seul dans ce cas. «Huit exploitants m'ont sollicité pour recruter un apprenti, en BTS ACSE (analyse et conduite des systèmes d'exploitation) et en bac pro CGEA (conduite et gestion de l'exploitation agricole), mais je n'ai aucun candidat à leur envoyer, regrette Louisette Reignier, directrice de la MFR de Flixecourt. Une telle pénurie de main-d'oeuvre me fend le coeur !» Les exploitations présentent pourtant des typologies très larges : élevage lait, élevage viande, poules pondeuses, polyculture, centre équestre...

Redorer l'image du métier
La raison d'un tel désintérêt ? «Beaucoup fuient le milieu agricole car ils pensent que le boulot est difficile. Mais le métier d'agriculteur d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec celui d'il y a trente ans», confie Frédéric Richard. En optimisant ses journées, lui assure réussir à se dégager du temps pour lui et ses proches régulièrement. «Nous avons des pics de travail, à la moisson ou pendant les semis, par exemple. Mais il y a des périodes beaucoup plus calmes.»
Il faut dire que le professionnel a fait le choix de conserver une exploitation «à taille humaine», car «il faut travailler pour vivre, et non l'inverse». Chez lui, les vaches laitières nécessitent deux heures de travail le matin, et une heure en fin d'après-midi. La charge physique est aussi considérablement réduite grâce à la mécanique. «Ici, on n'use pas du fourché», plaisante-t-il. Pour Frédéric Richard, l'agriculture offre même un vrai confort de vie. «Il y a des moments très plaisants, comme quand on fait un vêlage, et que tout le monde se porte bien à la fin, ou la satisfaction de récolter ce que l'on a semé un an auparavant...»
Quant à la solitude que peuvent ressentir certains dans leur ferme ?
«Il est vrai qu'on voit peu de monde passer. Je me dégage donc du temps pour me rendre à des événements : journées  techniques, réunions d'information... C'est instructif, et c'est une bonne excuse pour discuter avec les voisins. Ces occasions nous permettent de nous évader de notre quotidien.»
C'est justement ce quotidien que l'agriculteur souhaite partager avec un jeune. Critère de recrutement principal : la motivation. «Je suis prêt à accueillir un jeune complètement extérieur au milieu. Il vaut mieux parfois quelqu'un qui ne part de rien, mais qui a envie d'apprendre, plutôt que quelqu'un qui arrive avec des habitudes ancrées et qui est persuadé d'avoir raison...» Les taches seront très variées : soin des vaches, traite, mécanique... L'idéal serait tout de même d'avoir seize ans, pour pouvoir conduire le tracteur sur la route. «Il est encore temps d'entrer en formation en apprentissage», assure Louisette Reignier, à la MFR de Flixecourt. Avis aux intéressés.

Pour toute information concernant l'offre de stage ou d'apprentissage de Frédéric Richard, le contacter au 06 89 43 88 24.
D'autres offres de postes peuvent être communiquées par la MFR de Flixecourt : 03 22 51 64 57

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde