Aller au contenu principal

Festival Côte à Côte à Ault : les arts dans tous leurs états

Du 26 au 28 juillet aura lieu la troisième édition du festival Côte à côte, à Ault. Place à la musique, aux spectacles de rue, aux arts visuels et à la danse.

Asa-I-Viata : des musiques traditionnelles d’Europe de l’Est.
Asa-I-Viata : des musiques traditionnelles d’Europe de l’Est.
© D. R.

 

 

Eclectique. C’est bien le terme qui définit le mieux Côte à côte, un festival d’arts organisé tous les deux ans, à Ault. Il aura lieu cette année du 26 au 28 juillet, dans la commune de mille-cinq-cents âmes de la côte samarienne, et sera encore doté d’une programmation aux tendances très variées : concerts, spectacles de rue, art visuel, danse…
«Son rythme garantit une programmation fidèle à notre engagement, celui de prendre le temps de se rencontrer sereinement autour d’une manifestation, assure le collectif Petit casino d’ailleurs, organisateur de l’événement. Le festival se veut aussi être le carrefour de différentes inspirations, différentes provenances. Les artistes viennent d’ici et d’ailleurs, prêts à poser et ouvrir leur singulière valise, richesse des croisements.»
Les visiteurs découvriront Ludovic Füschtelkeit, de la Compagnie Astrotapir, lors d’un spectacle déambulatoire «très décalé» dans les rues d’Ault. L’artiste est connu, entre autres, pour son «Encyclopédie des méconnaissances», une œuvre ambitieuse qui grandit chaque semaine. A découvrir également : la Compagnie Les Plumés, originaire de Beauvais, avec des drôles de numéros de dressage de poules dans un mélange de cirque, théâtre et art du clown, ou encore Asaf Mor, décrit par le collectif comme «un mélange de Charlie Chaplin, le maître de la pantomime, et M. Bean, par son côté un peu déjanté», qui interprétera un homme surmené, enfermé dans son bureau, dans une pièce théâtrale de jonglerie.

Au fil des rues…
Côté arts visuels, une promenade dans les rues d’Ault permettra d’apprécier le travail des jeunes de l’école aultoise, en collaboration avec des artistes. Aussi, il sera possible de découvrir les photographies de Vali Faucheux, associées à une création sonore pour expliquer le contexte de chacune d’entre elles.
La commune aura l’honneur d’accueillir les clichés de Frank Horvat, à la renommée internationale grâce à ses photos de mode. Selon le collectif, «pour le festival, il nous présente une partie de ses derniers montages, diptyques monumentaux, dont les prises de vues ont été réalisées en partie à Ault».
Enfin, l’association Archipop, qui collecte, sauvegarde et documente les archives privées filmées dans les Hauts-de-France, proposera des ateliers pour apprendre à filmer avec des caméras super 8 et diffusera également des films amateurs d’époque.
Et parce qu’un festival serait bien triste sans musique, une série de concerts est prévue. Un son rock folk du groupe Sheriff, des musiques aux spécificités traditionnelles d’Europe de l’Est d’Asa-I-Viata, le groupe malgache Antsa ou encore les musiques latines de Barocco Tango retentiront dans les rues d’Ault.

Fier de son territoire
Valoriser le territoire à travers ce territoire est l’une des volontés de Petit casino d’ailleurs. «En ouvrant des lieux existants, nous redécouvrons le paysage local, les cours, les jardins, les écoles, les vitrines, les commerces, les rues… C’est ainsi que le festival permet de créer une appartenance», confient les organisateurs.
Les spectateurs seront aussi acteurs de Côte à côte. Certains artistes invités sont venus en amont des festivités mêler leurs rêves avec ceux des enfants aultois, échanger leur savoir-faire avec les adolescents. «Pendant le temps du festival, ils invitent le public, touristes et habitants, à partager des ateliers et découvertes. Cette intégration des habitants se fait par le biais des arts visuels. Cette année, nous partons vers la découverte des images fixes, images animées…» Large éventail des possibles.

www.petitcasinodailleurs.com

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde