Aller au contenu principal

Fromages
Grégoire Déclémy remporte la Lyre d’Or au SIA

Grégoire Déclémy a remporté la lyre d’Or, le prix des meilleurs plateaux de fromages, au Salon international de l’agriculture. Une passion qui est née il y a 10 ans et qu’il partage aujourd’hui à la fromagerie Julien Planchon d’Amiens.

À 33 ans, Grégoire Déclémy est responsable de la fromagerie Julien Planchon, située rue Saint-Fuscien à Amiens. La fromagerie est également présente aux Halles de la place Maurice Vast d’Amiens depuis maintenant 20 ans. Cela fait 10 ans que Grégory Déclémy travaille dans la fromagerie. Après un diplôme de chimie, cette expérience professionnelle est arrivée par hasard : «Avant que l’on s’installe il y avait une fromagerie et ma mère travaillait juste à côté. Et après un heureux événement, j’ai dû trouver un travail et j’ai appris ici sur le tas» explique le trentenaire. 

Le représentant des Hauts-de-France

Un apprentissage sur le tas qui lui a permis, de remporter la Lyre d’Or au Salon international de l’agriculture. Le concours qui vise à désigner le meilleur plateau est organisé tous les deux ans par la fédération des fromages de France. «C’était beaucoup de travail en amont, beaucoup d’adrénaline, je me suis fait peur avec le temps», dit-il. Lors de l’épreuve sur le thème du fromage et du sport, le fromager a eu 2h30 pour réaliser 3 prestations. «J’ai dû effectuer un plateau-repas, un plateau snacking et un plateau pour un apéro dînatoire», précise le gagnant. Sur 15 participants, il était le seul représentant des Hauts-de-France. 
Sa journée au quotidien ? De la vente, du conseil et de la préparation de plateaux. Différentes prestations sont proposées aux clients : «On fait des plateaux de fin de repas pour Noël par exemple, commente le fromager. Ensuite, on réalise des plateaux apéros dînatoires. On peut également préparer des plateaux pour 200 à 300 personnes pour des gros événements.»
Pour choisir ses fromages, la fromagerie Julien Planchon travaille avec une société de grossiste qui s’occupe de la sélection. «C’est Julien Planchon, le patron, qui gère principalement cette partie-là», explique Grégoire Déclémy. La rencontre avec les producteurs notamment lors des salons est essentielle notamment pour découvrir les nouveautés. «On bouge partout en France», ajoute-t-il. 

Large choix de fromages

Des visites sont également organisées pour permettre aux vendeurs de rencontrer les producteurs au sein de leur exploitation. «On est allé dans le Poitou pour découvrir l’élevage de notre producteur de chèvre, dit-il. On ne le fait pas autant qu’on le voudrait.» Ces actions ont pour but de mieux vendre leurs produits et de pouvoir expliquer le prix à la clientèle : «C’est bien de pouvoir expliquer que c’est plus cher qu’en grandes surfaces parce que les produits sont de meilleure qualité.»
Dans les rayons de la fromagerie amiénoise, une centaine de variétés de fromages sont présentes au quotidien. «À l’année, on travaille avec 200 à 300 références.» Pour Grégoire Déclémy, un bon fromage, c’est avant tout le visuel : «C’est assez subjectif, parce qu’un bon fromage, c’est avant tout un produit qui donne envie. Et au niveau du goût, cela varie entre l’affinage et la texture que l’on attend.»
Ce que l’on vend le plus dans la rue Saint-Fuscien, ce sont les fromages classiques comme le comté, le camembert ou encore le saint-nectaire. Mais les ventes fluctuent également selon les saisons. «En ce moment, on vend beaucoup de fromage à raclette. En été, c’est plutôt de la mozzarella ou de la burrata pour les salades», ajoute-t-il. Le fromager vend avant tout ce qu’il connaît le mieux et aime plus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde