Aller au contenu principal

Il bâche ses fumiers pour plus de valeur organique

Les pratiques d’Éric Buysse, polyculteur-éleveur au Hérie-la-Viéville (02), peuvent en étonner plus d’un. Il bâche notamment ses fumiers, et assure y trouver un grand intérêt.

En bâchant son fumier, Éric Buysse limite des pertes de valeur de 20 à 30 %.
En bâchant son fumier, Éric Buysse limite des pertes de valeur de 20 à 30 %.
© D. R.



Éric Buysse a repris une exploitation de polyculture de 130 ha en 1986. Et à l’époque, ses terres ne faisaient pas rêver. «Elles étaient très pauvres. Je plafonnais à 75 quintaux de blé, confie-t-il. Il fallait absolument que je trouve une solution pour apporter de la matière organique.» Le jeune agriculteur procède alors à un échange paille-fumier. «J’échangeais 1 t de paille pour 2,5 t de fumier. J’en ai usé des tracteurs, à faire les allers et retours. Et mes sols étaient tellement lourds que je ne parvenais même pas à les décompacter.»
Assez vite, Éric se rend compte des bienfaits que le fumier apporte à ses terres. Il se décide donc en 2010, et relance l’élevage dans son exploitation, avec cent taurillons. Aujourd’hui, ses bêtes produisent 1 000 t de fumier par an, qu’il a appris à optimiser. Éric est même devenu un expert de son fumier. «À force de le faire analyser, je sais exactement ce qu’il y a dedans. Les quantités d’azote apportées en automne grâce au fumier me permettent d’économiser sur les apports d’azote ensuite
Son secret pour valoriser au mieux ses effluents ? Le bâchage des tas au top-tex. «J’ai participé à de nombreuses formations sur la matière organique. Et je me suis rendu compte qu’un tas de fumier laissé à l’air libre subissait les intempéries et perdait énormément de valeur.» En deux heures, 140 t sont recouvertes, assure-t-il. «C’est du temps à passer, mais qui permet de gagner de l’argent. Je limite des pertes de valeur de 20 à 30 % !»
Éric utilise aussi du plâtre pour recouvrir son fumier. «Il bloque l’ammoniac et favorise le travail des bactéries.» Le résultat de tous ces efforts se fait sentir : auparavant, il mettait 40 t/ha de fumier, maintenant, il préfère essaimer et se contenter de 10 t/ha aujourd’hui, «parce que la richesse est préservée».

Pas d’enfouissement l’hiver
L’avant gardiste a aussi réfléchi aux meilleurs manières d’épandre ses effluents d’élevage. «L’hiver, la structure du sol n’est pas très bonne. Je perdais environ 10 t/ha. J’ai donc arrêté d’enfouir à cette saison : mieux vaut laisser en surface, c’est un gain de rendement.» Éric a d’ailleurs pu mesurer le résultat sur une parcelle reprise en 2000. Un terre blanche très pauvre à l’époque. «Elle est métamorphosée depuis que j’épands simplement du fumier pailleux en surface. Pour les céréales, il n’y a pas de gros écart avec les premières années, mais la différence est flagrante pour le lin, le colza, les betteraves et les pommes de terre.»
Quant à son élevage, aucun regret. Il lui permet désormais de dégager une marge brute de 300 € par taurillon, soit 54 000 € au total pur 750h de travail. Ses enfants, qui souhaitent s’installer dans l’exploitation, pousseront encore plus loin le bouchon de la valorisation des effluents, puisqu’ils travaillent à un projet de méthanisation et la construction d’un bâtiment de taurillons de 250 places.

LIRE AUSSI : Les effluents d'élevage, un trésor à optimiser

LIRE AUSSI : Il veut améliorer la fertilisation de ses terres

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde