Aller au contenu principal

Il convertit ses laitières en vaches pondeuses pour s'adapter à la demande

Entre confinement et fluctuations des marchés alimentaires, des agriculteurs font preuve d'ingéniosité pour répondre présents.

© L'Epandeur

D'un côté, sa laiterie lui demande de réduire le volume de lait qu'il produit, car une surproduction est à craindre alors que les vaches profitent de la bonne herbe de printemps. De l'autre côté, les poules pondeuses de ses collègues ne parviennent plus à suivre la demande des consommateurs, qui se ruent sur les oeufs depuis qu'ils sont confinés. Alors Hervé Michu, éleveur laitier de la Somme, a eu une idée : « J'ai décidé d'arrêter le lait, et de convertir mon troupeau de laitières en vaches pondeuses.» Son leitmotiv : « Quand on veut, on peut ! »

Techniquement, quelques ajustements sont à prévoir, mais rien de compliqué. « Elles avaient juste besoin d'un bec pour pouvoir picorer du grain comme des poules ». Un atelier découpage et collage a suffit pour confectionner des becs en carton, et voilà les soixante Prim'Holstein équipées d'un bec. « Cette activité a occupé mes enfants, eux aussi confinés, une journée entière », se réjouit-il.

Douze oeufs par jour et par vache

La ration est adaptée : plus d'ensilage de maïs, mais du blé entier, produit sur l'exploitation. Le reste n'était que de la psychologie. « Il suffisait de demander calmement aux vaches de concentrer leur énergie sur la production d'oeufs. Les animaux sont sensibles et intelligents, ils comprennent tout !» Le rendement est au rendez vous : alors qu'une poule ne pond qu'un oeuf par jour, ses vaches, elles, parviennent à remplir une boite de douze quotidiennement. «Je ne sais pas pourquoi je n'y ai pas pensé avant.»

Et lorsque le marché des oeufs chutera, alors que la demande de lait remontera ? « Il me suffira d'enlever les becs artificiels, de donner à nouveau du maïs ensilage, et d'expliquer la situation aux vaches.» Les agriculteurs savent s'adapter à la demande des consommateurs, Hervé Michu en est la preuve incarnée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde