Aller au contenu principal

Il cultive 100 ha de légumes bio en plein champ

Clément Leturcq cultive à Thieux, dans l’Oise, une centaine d’hectares en polyculture et légumes de plein champ bio.

L’arracheuse à pommes de terre de Clément Leturcq assure aussi la récolte des oignons et des betteraves rouges.
L’arracheuse à pommes de terre de Clément Leturcq assure aussi la récolte des oignons et des betteraves rouges.
© D. L.-C.



Installé en société avec sa mère depuis 2017, à vingt-neuf ans, Clément Leturcq cultive 30 ha de légumes de plein champ. Pourquoi en bio ? «Mes parents ont commencé à s’interroger sur les produits phytosanitaires quand des soucis de santé ont commencé à les toucher, ainsi que leur entourage. Ils ont alors converti progressivement la ferme au bio, principalement en céréales.» Suite à une demande pour de la carotte bio, ils se lancent en empruntant du matériel puis, devant les bons résultats, décident de se spécialiser dans le légume bio de plein champ.

De lourds investissements
Betteraves rouges, pommes de terre, oignons et carottes bio sont alors cultivés et, à la faveur de l’installation de Clément, l’irrigation est mise en place pour sécuriser le résultat. «Avec l’été chaud 2018, sans irrigation, nous n’aurions rien récolté», affirme le jeune exploitant. Pour se spécialiser, des investissements en matériel sont réalisés. Par exemple : matériel de façonnage des buttes (20 000 €), semoir Monosem (20 000 €), arracheuse spécifique à la carotte (35 000 €) et une autre pour les pommes de terre (150 000 €). Il faut aussi ajouter un canon à enrouleur (45 000 €) et 700 palox à 65 € l’un. Autant le dire : pas de droit à l’erreur.
Sans compter la main-d’œuvre temporaire pour le désherbage. «Pendant deux mois, une équipe de quinze personnes travaille sous la direction de mon père. Ces personnes en intérim ou en réinsertion ont du mal à s’investir. Pour preuve : pour quinze postes, nous avons vu quatre-vingt personnes !», se désole Clément Leturcq.

Travail intensif
La campagne démarre en février-mars par la préparation du sol et l’apport d’engrais bio (fientes de poule, guano…). En avril, les buttes sont façonnées. «La conduite en buttes correspond au matériel standardisé. Les buttes permettent une meilleure aération des plantes, un séchage plus rapide qui diminue la pression maladies, et une récolte en meilleures conditions, car le sol ressuie plus vite.» Un désherbage thermique est effectué avant les semis qui s’étalent de mars pour les oignons, à fin avril pour les pommes de terre et jusqu’à mi-juin pour les carottes et betteraves rouges. Le semoir travaille sur trois buttes avec deux lignes de semis par butte. Les semences sont coûteuses : 1 300 €/ha en betteraves rouges, 1 800 €/ha en carottes et 2 500 €/ha en pommes de terre. Un deuxième désherbage thermique précède la levée. Puis, l’irrigation et le désherbage manuel se relaient pendant l’été.
La récolte se déroule sur deux mois, de septembre à fin octobre. L’arracheuse à pommes de terre sert aussi, grâce à un kit, à la récolte des oignons et des betteraves rouges. L’arracheuse à carottes doit préserver l’intégrité des racines, et donc leur capacité de conservation. Car Clément Leturcq vend essentiellement en frais à des grossistes pour des ventes finales en sachets en supermarchés. Les contrats sont tout aussi exigeants qu’en conventionnel avec des critères comme le visuel, la taille, le poids… Avec le cahier des charges bio en plus. Seules les pommes de terre partent à l’industrie pour des flocons et chips bio. 50 à 60 t/ha sont produites en carottes et betteraves rouges, 25 t/ha en oignons et pommes de terre.
Une spécialisation satisfaisante pour le jeune exploitant, qui regrette que toute sa ferme ne puisse être irriguée. «Du coup, les légumes reviennent un peu trop dans la rotation.» Pourtant, Clément pense déjà à d’autres légumes qui pourraient élargir le panel des cultures, choux et navets.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde