Aller au contenu principal

«Il n’existe pas un, mais de multiples coûts de production»

Cécile Riffard, consultante chez Ceresco, a dressé l’état des lieux complet des sources de données et des méthodes de production d’indicateurs de coûts pour l’ensemble des productions agricoles. 

Cécile Riffard : «Les structures qui construisent des indicateurs de coûts de production ne travaillent pas de la même  manière. Cela peut concerner la rémunération de l’exploitant, ou la prise en compte de l’alimentation pour les animaux.»  
Cécile Riffard : «Les structures qui construisent des indicateurs de coûts de production ne travaillent pas de la même manière. Cela peut concerner la rémunération de l’exploitant, ou la prise en compte de l’alimentation pour les animaux.»  
© Cereso/Paysan breton

FranceAgriMer, l’Observatoire de la formation des prix et des marges ainsi que l’observatoire économique des Siqo (appellations), ont mandaté le cabinet Ceresco pour réaliser un état des lieux complet des sources de données et des méthodes de production d’indicateurs de coûts pour l’ensemble des productions agricoles conventionnelles et sous appellation. Cécile Riffard, consultante senior chez Ceresco et auteure de l’étude menée en lien avec les instituts techniques, revient sur les principaux enseignements de ce rapport.

 

Après avoir fait un tour d’horizon des filières agricoles françaises pour étudier les coûts de production disponibles, quelle conclusion tirez-vous ?

Il n’existe pas un coût de production mais de multiples coûts de production. Il n’y a aucune  standardisation. Les structures qui construisent, calculent et diffusent des indicateurs de coûts de production ne travaillent pas de la même manière et se basent sur plein d’hypothèses différentes. Cela peut concerner la rémunération de l’exploitant ou encore la prise en compte de l’alimentation pour les animaux produite sur la ferme, des veaux dans l’atelier lait, etc.

 

Pourquoi ces indicateurs sont-ils si différents ?

Selon les besoins et les usages, les acteurs n’ont pas besoin des mêmes indicateurs. Nous en avons identifié quatre optiques. La première, historique, est l’optique de performance. Le rôle des indicateurs de coûts de production est alors de permettre à l’agriculteur de se comparer et de progresser d’une année sur l’autre, individuellement et par rapport à ses pairs. Dans la seconde optique, l’indicateur de coût de production est une aide à la décision pour anticiper, simuler un impact. Par exemple, quel surcoût va entraîner une interdiction d’une molécule phytopharmaceutique ? La troisième optique a également un objectif d’aide à la décision mais cette fois dans le cadre du développement d’une nouvelle production ou d’une production de niche. L’idée est de donner la capacité à un producteur de se lancer ou non. Et enfin, il y a l’optique politique filière.

 

Quelles sont les caractéristiques des indicateurs de coût de production construits dans une optique de politique filière ?

Dans le cas d’une optique de politique filière, l’indicateur de coût de production doit être consensuel, très robuste et partagé par tous. Il doit raisonner en intégralité et non poste par poste, comme cela peut être fait pour les indicateurs de l’optique performance. Cet indicateur peut être indiciel de manière à ne pas dévoiler trop de détails dans certaines filières, avec peu d’acteurs ou des produits peu transformés. Il peut servir de base dans les démarches de filière dans le cadre d’une meilleure répartition de la valeur. Il est souvent fortement porté par les interprofessions.

 

L’hétérogénéité des indicateurs de coût de production peut-elle être un frein ?

Cela rend complexes les comparaisons. Avec la multiplication des hypothèses, on limite les synergies. Si au sein d’un dispositif les comparaisons sont possibles, ce n’est pas transposable d’un dispositif à l’autre. Cela limite également l’utilisation des données pour faire de grands échantillons. De plus, pour une même production, il peut y avoir plusieurs indicateurs de coût de production selon la structure qui fait le travail.

 

Coûts de production : au Québec, un organisme unique de référence

Le Québec s’est doté depuis 2002 d’un Centre d’études sur les coûts de production en agriculture, fait savoir Bertrand Oudin, PDG du cabinet Ceresco lors d’un webinaire dédié aux coûts de production organisé par FranceAgriMer le 8 juillet. Cet institut à but non lucratif est piloté par le ministère de l’Agriculture du Québec, l’Union des producteurs agricoles et la Financière agricole du Québec. «Il a été créé suite à d’importants mouvements de revendications sur le niveau des prix alimentaire», précise Cécile Riffard, consultant senior chez Ceresco. «Le fait d’avoir une instance neutre a permis de redonner de la confiance. Tout le monde dispose de la même base d’information que ce soit le gouvernement ou les syndicats», renchérit-elle. Ces indicateurs de coûts de production ont deux rôles particuliers : ils servent à calculer subventions et compensations destinées aux producteurs et aux négociations commerciales.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde