Aller au contenu principal

Industrie viande : un secteur impacté par les crises

D’après la dernière enquête de l’Insee, l’industrie de la viande, premier secteur des industries alimentaires, est impacté depuis plusieurs années par des crises sanitaires et économiques, en particulier le secteur de la première transformation.

Ce secteur, est le premier en France, devant l’industrie des produits laitiers.
Ce secteur, est le premier en France, devant l’industrie des produits laitiers.
© Laurence Geffroy

Entre 2000 et 2016, le chiffre d’affaires de l’industrie de la viande a progressé de 1,4 % par an en moyenne, contre 2,4 % pour l’ensemble des industries alimentaires, indique l’Insee. Ce secteur, qui représentait en 2016 33 milliards d’euros, 2 600 entreprises et 99 000 salariés, est le premier en France, devant l’industrie des produits laitiers.
Le repli s’explique sur certaines périodes par des crises sanitaires (ESB en 2000, fièvre aphteuse du mouton en 2011, grippe aviaire en 2005 et 2016, scandale de la viande du cheval en 2013), mais la crise économique a également ralenti l’activité, tout comme la concurrence internationale accrue.
Ce ralentissement frappe surtout les entreprises de première transformation de viande, où la viande de boucherie est majoritaire : elle génère un peu plus de la moitié du chiffre d’affaires de l’industrie de la viande, indique l’Insee, la volaille représentant un cinquième et les produits à base de viande, un quart.

De faibles marges
Dans l’industrie de la viande, la valeur ajoutée est moindre que pour l’ensemble des industries alimentaires, avec un taux de valeur ajoutée à 17,6 %, soit 1,7 point de moins que pour l’ensemble des industries alimentaires, l’écart étant stable depuis cinq ans. Ce taux est particulièrement faible pour la viande de boucherie (16,5 %) mais est plus élevé pour la préparation de produits à base de viande (19,9 %), ce qui pousse d’ailleurs les entreprises de première transformation à diversifier leurs activités en ce sens (12 % de leur activité en 2016, soit + 4 points en quatre ans).
De même, le taux de marge, à savoir la part qui reste à disposition de l’entreprise après rémunération des salariés, est nettement plus faible dans l’industrie de la viande que dans l’ensemble des industries alimentaires, avec 21 % contre 32 %, ce qui s’explique par le fait que l’activité nécessite davantage d’emplois par unité de production que les autres industries, engendrant une masse salariale plus élevée.
A noter que le taux d’effort publicitaire de l’industrie de la viande est moindre que pour l’ensemble des industries alimentaires (1 % contre 2,6 %), à hauteur de 330 millions d’euros. Les dépenses sont plus importantes pour les produits à base de viande, avec 2,7 % de taux d’effort publicitaire. «Après trois années moroses, 2017 semble être une année de légère reprise pour l’industrie de la viande», indique tout de même l’Insee.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde