Aller au contenu principal

La cession d’Herta toujours en discussion

L’usine Herta basée à Saint-Pol-sur-Ternoise (62) est concernée par la volonté de Nestlé de se débarrasser de son activité charcuterie.

À St-Pol-sur-Ternoise, les usines Bigard et Herta sont voisines. Le signe d’un rapprochement ?
À St-Pol-sur-Ternoise, les usines Bigard et Herta sont voisines. Le signe d’un rapprochement ?
© V. F.

Depuis le 14 février 2019 et l’annonce du groupe Nestlé de sa volonté de se séparer de ses activités de charcuterie via sa filiale Herta, les choses ne semblent pas avoir vraiment changé. Seulement, pour le géant mondial de l’agroalimentaire, le temps s’est accéléré et la cession d’Herta serait devenue plus urgente, notamment en raison de l’envolée des prix du porc consécutive à la crise de la peste porcine en Asie. Quelques jours plus tôt (20 septembre), Arnaud de Belloy, PDG d’Herta France, annonçait qu’il fallait s’attendre à une hausse du prix du «jambon et des saucisses de 5 à 15 %» pour les mêmes raisons. L’usine de Saint-Pol-sur-Ternoise est l’une des deux unités de fabrication de charcuterie de la marque Herta dont Nestlé cherche à se séparer. Il conserverait en revanche les branches «produits végétariens» et «pâtes à dérouler», jugées plus rentables.

Une offre de 300 millions d’euros
Selon le journal Les Echos du 24 septembre, un seul candidat à la reprise d’Herta se serait manifesté jusqu’à présent. Il s’agit du groupe Bigard, déjà implanté dans les Hauts-de-France avec quatre unités d’abattage - Feignies (59), Formerie (60), Flixecourt (80), Saint-Pol-sur-Ternoise (62) -, et voisin immédiat de l’usine saint-poloise d’Herta. Mais toujours d’après le journal Les Echos, l’offre de reprise d’un montant de 300 millions d’euros par Bigard aurait été jugée «insuffisante» par Nestlé ; lequel espère un montant compris entre 400 et 500 millions d’euros. Bigard disposerait de son côté encore d’une vingtaine de jours pour formuler une nouvelle offre.  
Le géant suisse de l’agroalimentaire «se donne encore trois mois pour prendre une décision», autrement dit, «avant Noël».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde