Aller au contenu principal

La Chambre d'agriculture de la Somme fermée au public

Depuis hier, mardi 17 mars, le siège administratif de la Chambre d'agriculture de la Somme à Amiens et ses antennes délocalisées sont fermées au public. Mais les missions de ses agents continuent.

L'accès aux locaux de la Chambre d'agriculture de la Somme est contraint depuis hier, mardi 17 mars.
L'accès aux locaux de la Chambre d'agriculture de la Somme est contraint depuis hier, mardi 17 mars.
© FM

« Face à l’épidémie de COVID-19, la Chambre d’agriculture de la Somme met en œuvre toutes les dispositions décidées par le Gouvernement pour limiter la propagation du virus et préserver la santé de ses ressortissants et de ses agents », expliquait-elle dans un communiqué du 18 mars.

En conséquence, le siège à Amiens et les antennes de Villers-Bocage, Abbeville et Estrées-Mons sont fermées à l’accueil du public «jusqu’à nouvel ordre». Néanmoins, assure la direction de la chambre d'agriculture, «les équipes restent mobilisées pour assurer une continuité des services malgré les restrictions de déplacement. Le travail à distance et les échanges dématérialisés sont organisés afin de maintenir les services de proximité et la réponse aux besoins des ressortissants et des acteurs des territoires».

Un lien digital

Dans les autres structures exerçant leur activité depuis les bureaux de la rue Saint-Fuscien, les consignes sont les mêmes. A la FDSEA de la Somme, par exemple, «des solutions alternatives pour garder le lien» ont été mises en place dès mardi, expliquait son directeur, François Magnier.

«A la suite des nouvelles dispositions sanitaires mises en place par le gouvernement face à la situation de pandémie du Covid-19, la FDSEA 80 est amenée à adapter son fonctionnement », ajoute-t-il. Toutes les réunions publiques ont été ou sont supprimées, y compris les réunions Pac et ZNT initialement prévues les 17, 18 et 19 mars. Les permanences d’Abbeville et de Péronne habituellement tenues par des conseillers de la FDSEA sont suspendues, ainsi que les rendez-vous physiques pour être remplacés par des entretiens téléphoniques ou en visioconférence.

Néanmoins, assure le syndicat, «les conseillers et les juristes restent à la disposition des adhérents et continuent d’assurer le suivi de vos dossiers par télétravail. Des solutions alternatives comme la mise en ligne (site Internet de la FDSEA, de L’Action agricole picarde et réseaux sociaux) des supports des réunions d’information, etc. Des SMS d’informations liés aux évolutions de la réglementation COVID-19 seront envoyés le cas échéant ».

Respect des consignes

La chambre d’agriculture appelle par ailleurs les agriculteurs, pour eux-mêmes, pour leurs salariés et leurs partenaires, à appliquer avec calme et confiance les mesures prescrites par les pouvoirs publics, dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. «Il appartient à chacun d’entre nous de faire en sorte que les restrictions et le confinement durent le moins longtemps possible. C’est une question de solidarité nationale entre villes et ruralité, entre producteurs et consommateurs, entre générations et entre secteurs d’activités», rappelle enfin Françoise Crété, la présidente de la Chambre d'agriculture de la Somme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde