Aller au contenu principal

La Commission européenne signe la fin de l'utilisation du mancozèbe (fongicide)

Un vote au sein d'un comité spécifique de la Commission européenne, le ScoPAFF, s'est prononcé il y a quelques jours pour une interdiction de l'utilisation du mancozèbe en protection fongicide des légumes, et en particulier de la pomme de terre.

© Réussir

On le savait depuis quelque temps sur la sellette mais la Commission européenne a tranché. Un vote qui a lieu le 23 octobre au sein du ScopPAFF met fin à l'utilisation du mancozèbe, un fongicide notamment utilisé pour protéger la pomme de terre contre le mildiou, mais aussi plus largement en cultures légumières. L’autorisation actuelle de l’UE pour le mancozèbe expirera donc le 31 janvier 2021.

Le 21 octobre, le député européen (PS) et membre de la commission de l'Environnement Eric Andrieu appelait de ses vœux (une nouvelle fois) une interdiction de l'utilisation du mancozèbe au sein de l'Union Européenne, expliquant « qu'il est grand temps que ce produit disparaisse de la circulation. Le danger immense qu'il représente pour la santé des citoyens européens doit le disqualifier définitivement ». Deux jours plus tard, le 23 octobre, sur son compte Twitter, le même élu se félicitait du vote : « VICTOIRE !!! La nouvelle vient de tomber : le 3ème pesticide le + utilisé en Europe sera interdit! L’Europe a enfin refusé de renouveler l’autorisation du #Mancozebe, #pesticide reconnu comme cancérigène probable par les scientifiques européens ! »

Eric Andrieu souligne que, « après le glyphosate et le prosulfocarbe, ce fongicide occupe la troisième place des pesticides les plus utilisés sur notre continent ». Et de poursuivre : « Classé cancérigène depuis près de 30 ans, reconnu comme hautement toxique en Europe, pouvant provoquer de graves troubles reproductifs, pour la thyroïde, le système nerveux, les yeux ou la peau des êtres vivants, ce produit aurait déjà être hors circuit depuis longtemps ».

Ce vote intervient en même temps que la Commission européenne met en avant son « Green Deal » et sa volonté de « verdir » la Politique agricole commune (PAC), notamment en passant par une réduction drastique de l'utilisation des produits phytosanitaires.

En France, un avis de l'Anses daté du 14 avril dernier recommandait à la Commission européenne de ne pas renouveler l'autorisation de mise en marché du mancozèbe « au regard de son niveau de danger et des données de phytopharmacovigilance ».

Coup de poignard dans le dos

« Cette décision de retrait de l’autorisation du mancozèbe en Europe est une très bonne nouvelle car ce pesticide est très préoccupant pour la santé humaine et l’environnement. En effet le mancozèbe est suspecté être toxique pour la reproduction humaine et répond aux critères européens des perturbateurs endocriniens » a réagi François Veillerette, porte parole de l'association Générations Futures. « Ce retrait du mancozèbe est une belle victoire pour les ONG qui se sont battues depuis longtemps pour obtenir son retrait » ajoute t’il.

Les réactions du monde professionnel agricole sont quant à elles plus nuancées, voire carrément hostiles à cette interdiction. Suite à cette annonce par le député Eric Andrieu, de nombreux commentaires d'agriculteurs-utilisateurs font en effet état d'une absence d'alternatives raisonnables et/ou efficaces.

Installé à Arry, dans la Baie de Somme, Emmanuel Trouart regrettait ainsi une décision qui devrait, selon lui, « faire payer les pommes de terre (et les frites) plus chères... », à moins qu'il s'agisse plus simplement d'une manière de tirer un trait sur la production de pommes de terre françaises. Pour Romain Dubois, un autre agriculteur samarien, il s'agit « d'un coup de poignard dans le dos des producteurs français de légumes ». Pour une autre, « la catastrophe sur la betterave n'a pas suffi », en référence à l'interdiction de l'utilisation des néonicotinoïdes et ses conséquences sur les rendements 2020. Un autre enfin se demande si la réciprocité de cette décision sera l'interdiction de « toute importation de légumes traités avec du mancozèbe ». Si tel n'était pas le cas, « votre victoire sera la destruction de la production maraîchère française ». Mais les jeux ne sont-ils pas déjà faits ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde