Aller au contenu principal

La consommation de lait continue de s’éroder

D’après FranceAgriMer, la consommation de lait «classique» et de produits ultra-frais par les ménages français poursuit son recul. Cependant, les achats de produits à base de laits «alternatifs» sont en augmentation.

Entre 2017 et 2018, les volumes de lait conditionné acheté par les ménages français se sont repliés de 3,6 %.
Entre 2017 et 2018, les volumes de lait conditionné acheté par les ménages français se sont repliés de 3,6 %.
© D. R.

Dans son bilan de consommation des produits laitiers en 2018, publié début août, FranceAgriMer analyse l’équilibre offre-demande des filières laitières, en particulier lorsqu’elles sont tournées vers le marché français.
L’organisation indique que les achats de crème restent stables en volume, mais progressent en valeur grâce à une revalorisation des prix. Les achats de matières grasses solides ont également progressé en valeur, en raison d’une nette augmentation des prix, notamment pour le beurre (+ 12 % par rapport à 2017). Les achats de fromage continuent de progresser en valeur (+ 2,7 %) en raison d’une revalorisation des prix de 2 % en 2018. Les fromages sont ainsi un poste en constante progression depuis quatre ans.
Pour les autres laitiers, le bilan est moins positif. FranceAgriMer note ainsi qu’entre 2017 et 2018 les volumes de lait conditionné acheté par les ménages français se sont repliés de 3,6 %. La consommation de ce produit continue donc de s’éroder en raison d’un phénomène de déconsommation. Il est victime d’une nette diminution de la fréquence d’achat et des quantités achetées.
En 2018, le prix moyen d’achat du lait s’est établi à 0,88 €/l. Les laits «alternatifs» ont tiré leur épingle du jeu. En effet, le lait biologique et les laits frais affichent des taux de pénétration en augmentation, respectivement + 15,6 % et + 4,9 %. Si, pour le lait de chèvre, ce taux stagne, la fréquence d’achat ainsi que les quantités achetées augmentent nettement.

Produits d’origine végétale : une concurrence encore limitée
Les produits ultra-frais sont également en perte de vitesse et suivent le même schéma que le lait conditionné. En effet, les achats ont enregistré une perte de 2,3 % en volume et de 1,3 % en valeur ; la fréquence d’achats et les quantités achetées se sont repliée de 1,3 % et 1,6 %. Ainsi, seuls les achats de yaourts natures (+ 3 % en volume) et ceux des produits à base de lait de chèvre (+ 12,5 % en volume), de brebis (+ 9 % en volume) ou biologiques se portent bien. Pour FranceAgriMer, cette progression est le résultat d’une fréquence d’achat en augmentation (+ 7,6 % pour le lait de brebis et + 3,5 % pour le lait de chèvre) combinée à une croissance des quantités achetées par acheteur (+ 10,2 % pour le lait de brebis et + 2,5 % pour le lait de chèvre).
Ainsi, si la consommation de produits à base de lait classique ralentit, elle reste dynamique pour les produits à laits alternatifs. De plus, une nouvelle compétition avec les produits végétaux voit le jours, les volumes d’achats restent cependant faibles. Sur la plupart des indicateurs, les produits d’origine végétale montrent des performances inférieures à celles des produits laitiers ; un taux de pénétration encore faible (un gros quart des ménages français achète des produits ultrafrais d’origine végétale ; ils sont à peine 23 % à acheter des jus végétaux et un peu de plus de 11 % de la crème d’origine végétale), une fréquence d’achat qui ne dépasse pas sept actes par an et, enfin, des quantités achetées par acte plus de deux fois plus faibles que pour les produits laitiers «équivalents» (hors «crème»).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde