Aller au contenu principal

La FNB (bovins viande) demande des prix minimum

Dans une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture le 29 mars, la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA) demande au gouvernement d'instaurer «un prix minimum payé aux éleveurs à hauteur de notre coût de production» (validé par l'interprofession). Une mesure que le syndicat souhaite voir appliquée jusqu'à la fin de l'urgence sanitaire, pendant laquelle «il est possible de déroger aux règles européennes». «En semaine 12 (lundi 16 mars, NDLR), le prix du jeune bovin a baissé de 5 centimes pour atteindre 3,62 euros le kilo, soit un euro de moins que le coût de production», explique Bruno Dufayet, président de la FNB, à Agra Presse. Et ce alors que la fermeture des restaurants – servant majoritairement de la viande importée – a provoqué un «transfert de consommation vers la production française». Toujours en semaine 12, «les abattages ont augmenté de 5,3 % pour le bœuf au global et de 11 % pour les jeunes bovins et génisses», poursuit M. Dufayet. Pour cet éleveur cantalien, «il n'y a aucune explication recevable, aucune règle économique qui explique ça, seulement la volonté des acteurs». D'après la FNB, une augmentation d'un euro le kilo du prix payé aux producteurs résulterait en «une hausse théorique du prix consommateur de 15 centimes par steak». Un niveau «absorbable par le milieu de filière et les distributeurs», affirme Bruno Dufayet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

panneaux renversés
La Somme gagnée par une mystérieuse vague de panneaux inversés

Comme on le voit ailleurs en France depuis quelques jours, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de la Somme se mobilisent…

Publié le mardi 31 octobre 2023, l’arrêté ministériel établissant les ratios régionaux de prairies permanentes pour cette année, fait état d’un taux de dégradation des surfaces en prairies permanentes en 2023 de 1,83 % par rapport au ratio de référence pour la région des Hauts-de-France.
Prairies et retournement : les Hauts-de-France sortent du régime d’autorisation

Au regard des surfaces Pac déclarées en 2023, la région des Hauts-de-France sort du régime d’autorisation individuelle de…

Des feuilles nécrosées par la cercosporiose face à la concurrence de repousses  du bouquet foliaire pénalisent la richesse des betteraves.
Pluies et cercosporiose pénalisent la richesse betteravière

L’abondance de précipitations et la résurgence de la cercosporiose dans les parcelles qui n’ont pas encore été récoltées…

Toutes sortes d’animaux, comme des chèvres toy, composent la ferme  pédagogique d’Amandine.
Amandine Delaplace, candidate à l’élection Miss France agricole

Depuis deux ans, Amandine Delaplace est à la tête d’un élevage de chevaux et d’une ferme pédagogique, constituée d’animaux…

En plaçant les panneaux à l'envers, les agriculteurs alertent l'opinion publique : «on marche sur la tête».
Trop de normes mettent la tête des agriculteurs à l'envers

Comme on le voit ailleurs en France depuis quelques jours, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs de la Somme se sont mobilisé en…

En matière de champignons, les risques de confusion sont grands. «Il faut être sûr de ce que l’on ramasse, sinon poubelle.»
Une omelette de champignons des bois samariens ?

Tout l’automne, la Société linnéenne Nord-Picardie, spécialisée en champignons et plantes comestibles, organise des sorties…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde