Aller au contenu principal

La FNB (bovins viande) demande des prix minimum

Dans une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture le 29 mars, la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA) demande au gouvernement d'instaurer «un prix minimum payé aux éleveurs à hauteur de notre coût de production» (validé par l'interprofession). Une mesure que le syndicat souhaite voir appliquée jusqu'à la fin de l'urgence sanitaire, pendant laquelle «il est possible de déroger aux règles européennes». «En semaine 12 (lundi 16 mars, NDLR), le prix du jeune bovin a baissé de 5 centimes pour atteindre 3,62 euros le kilo, soit un euro de moins que le coût de production», explique Bruno Dufayet, président de la FNB, à Agra Presse. Et ce alors que la fermeture des restaurants – servant majoritairement de la viande importée – a provoqué un «transfert de consommation vers la production française». Toujours en semaine 12, «les abattages ont augmenté de 5,3 % pour le bœuf au global et de 11 % pour les jeunes bovins et génisses», poursuit M. Dufayet. Pour cet éleveur cantalien, «il n'y a aucune explication recevable, aucune règle économique qui explique ça, seulement la volonté des acteurs». D'après la FNB, une augmentation d'un euro le kilo du prix payé aux producteurs résulterait en «une hausse théorique du prix consommateur de 15 centimes par steak». Un niveau «absorbable par le milieu de filière et les distributeurs», affirme Bruno Dufayet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde