Aller au contenu principal

Foncier
La friche de l’usine Mailcott réhabilitée pour consommer moins de foncier

Mardi 21 mai, le préfet de la Somme, Rollon Mouchel-Blaisot, s’est rendu à Villers-Bretonneux afin d’apporter son soutien au projet de réhabilitation de la friche Mailcott. L’Amsom, acteur de l’habitat social, a exposé au cours d’une visite la vision de son projet.

L’Amsom et le maire de Villers-Bretonneux ont reçu le préfet de la Somme au cœur de la friche de l’ancienne usine Mailcott.
L’Amsom et le maire de Villers-Bretonneux ont reçu le préfet de la Somme au cœur de la friche de l’ancienne usine Mailcott.
© Bonnie Renault

Depuis plus de vingt ans, l’usine de textile Mailcott de Villers-Bretonneux n’est plus en activité. Dans le cadre de la reconquête des friches, l’Amsom a racheté le site afin de lui redonner vie. Mardi 21 mai, en fin d’après-midi, le préfet de la Somme, Rollon Mouchel-Blaisot, s’est rendu sur le site afin de prendre connaissance du projet.

 

Quatorze mois de déconstruction

David Quint, directeur général de l’Amsom, a débuté la visite en exposant les différentes parties du projet : «On va tout d’abord déconstruire les bâtiments existants afin d’en récupérer les briques, les poutres métalliques, mais également les pavés.» L’objectif est de réemployer plus de 100 000 briques. «On est sur un projet de déconstruction à 1,9 million d’euros. Et le projet global est estimé aux alentours de 24 millions», ajoute David Quint. La phase de déconstruction est prévue pendant quatorze mois. Le projet prévoit la construction d’un restaurant, des services aux personnes âgées, une centaine de logements ainsi qu’une activité tertiaire. «Pour l’instant, on est sur des logements sociaux individuels et collectifs», explique le directeur général de l’Amsom. «Il y a une vraie demande notamment de la part des jeunes travailleurs», ajoute Didier Dinouard, maire de Villers-Bretonneux.

 

Limiter l’artificialisation

L’enjeu de sobriété foncière est au cœur de ce dossier. «C’est notre obligation de limiter l’artificialisation et de redonner vie à ce genre de lieu plein d’histoire, a expliqué Rollon Mouchel-Blaisot. On a du foncier qui est rendu disponible, il faut donc refaire la ville sur la ville.» La France compte 170 000 hectares de friches, allant des vieilles stations essence aux grandes friches industrielles. Dans le département, on retrouve 1 % de ces friches. La réhabilitation de ces lieux permet donc de soulager la pression foncière. D’autant qu’aujourd’hui, la loi ZAN (zéro artificialisation nette) oblige à prioriser la réhabilitation : «Pour artificialiser, il faut qu’il y ait un intérêt général, détaille le préfet de la Somme. On le fait seulement quand c’est nécessaire, comme par exemple avec le projet d’usine d’engrais bas carbone à Languevoisin.»

 

Redynamiser la commune

Pour le maire de la commune, ce projet, permet de redonner du dynamisme et un nouveau regard sur le territoire. «Cela permet de proposer une offre alternative au modèle d’éloignement, on part à la reconquête du cœur des villes», a-t-il déclaré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde