Aller au contenu principal

La grippe aviaire se propage dans la Somme

Après un premier foyer de grippe aviaire détecté le 30 juillet sans un élevage de la Haute-Somme, deux autres foyers ont été confirmés le 29 août à Le Titre, près de la cote, et à Heilly, à l’Est d’Amiens. Les prescriptions sont lourdes de conséquences pour les professionnels de ces secteurs.

Les deux nouveaux foyers de grippe aviaire ont cette fois été détectés chez des particuliers.
© D. R.

L’influenza aviaire hautement pathogène, communément appelée grippe aviaire, se propage dangeureusement dans la Somme. Le 30 juillet dernier, un tout premier foyer avait été detecté dans un élevage de dindes à Feuillères, près de Péronne. Le lot de huit mille volailles avait été abattu. Ce 29 août, deux autres foyers ont été confirmés, cette fois chez des particuliers, à Le Titre, près de la cote, et à Heilly, à l’Est d’Amiens. En plus de l’abattage des animaux concernés, une «opération de dépeuplement des oiseaux de la faune sauvage» a été menée dans ces deux communes.

À chaque fois, le protocole mis en place est le même : «Pour éviter tout risque de diffusion du virus à d’autres oiseaux du territoire, des zones réglementées de protection (ZP) et de surveillance (ZS) sont mises en place dans un rayon de 3 et 10 km autour des exploitations infectées», indique la préfecture de la Somme. Dans ces périmètres, tous les lieux de détention de volailles et d’oiseaux captifs sont soumis à des prescriptions spécifiques. Sont interdits : les mouvements de volailles et autres oiseaux captifs , l’introduction ou la sortie d’œufs à couver, la mise en place dans les exploitations de volailles et autres oiseaux captifs, les rassemblements d’oiseaux tels que les foires, marchés et les expositions, l’évacuation et l’épandage des fientes, litières et fumiers de volailles provenant des exploitations situées dans le périmètre réglementé, le transport de viandes de volailles provenant d’établissements d’abattage, agréées ou non, la sortie d’œufs de consommation. Autrement dit, une activité à l’arrêt pour les éleveurs.

Cartographie des zones réglementées.

 

Les chasseurs aussi concernés

Qui dit oiseaux, dit aussi appelants. Les chasseurs ont des obligations à remplir dans ce contexte d’épidémie de grippe aviaire. Dans les zones réglementées de protection (ZP) et de surveillance (ZS), les lâchers de gibiers à plumes et transport des appelants sont interdits. Partout ailleurs, «les détenteurs d’appelants pour la chasse au gibier d’eau sont appelés à se déclarer avant l’ouverture de la chasse auprès de la fédération départementale des chasseurs en précisant la catégorie à laquelle ils appartiennent ( catégorie 1 : moins de quinze oiseaux,  catégorie 2 : outre ses appelants, plus de quinze oiseaux, catégorie 3 : détenteur en lien épidémiologique avec un établissement à finalité commerciale, quel que soit le nombre d'appelants détenus.» Les mesures qui s’appliquent sont celles qui sont en vigueur lorsque le territoire est en niveau de risque «élevé». Pour les détenteurs de catégorie 1, le transport et l’utilisation des appelants sont autorisés sous réserve d’un transport ou d’une utilisation d’un nombre d’appelants nomades inférieur ou égal à trente et du respect des mesures de biosécurité renforcées. Ce seuil de trente s’applique uniquement aux appelants nomades et ne s’applique aux appelants résidant sur le site de chasse de façon permanente. Catégorie 2 et 3 : l’utilisation des appelants est autorisée uniquement aux personnes ayant des appelants présents sur le site de chasse de façon permanente. Lorsque les appelants sont sur leur lieu de chasse, ces derniers doivent rester sur place et aucune autre personne que la personne qui les soigne ou le(s) chasseur(s) qui les utilise(nt) ne doit s’en approcher. Les appelants transportés doivent appartenir à un seul propriétaire. Seuls ces appelants transportés doivent être attachés, il ne doit pas y avoir de mixité dans l’attelage avec les appelants présents sur place. Toutefois, la Direction départementale de la Protection des Populations (DDPP) peut accorder des dérogations sous certaines conditions.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde