Aller au contenu principal

La pêche de loisir sérieusement plombée par le coronavirus

Bien qu'elle s'exerce de manière individuelle, la pratique de la pêche est elle aussi contrariée par les mesures de limitation des déplacements pour lutter contre le coronavirus.

© Pixabay

A peine ouverte – elle a débuté samedi 14 mars -, la saison de pêche dans les cours d'eau de catégorie 1 est déjà sérieusement compromise. La raison de cette remise en cause n'est tant le peu de poissons rencontrés dans les cours d'eau pendant les derniers jours, mais bel et bien les mesures de limitation des déplacements prises par le gouvernement pour limiter la propagation de l'épidémie de coronavirus.

Dans un communiqué daté du 18 mars, la Fédération nationale pour la pêche en France répondait aux interrogations « nombreuses » de ses adhérents sur la possibilité de continuer à exercer la pêche de loisirs. Pour faire simple, elle indique que « l'activité de pêche doit être suspendue dès lors qu'elle ne rentre pas dans le cadre du cadre du décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements ».

Son président Claude Roustan indique par ailleurs que « la Fédération nationale pour la pêche en France et ses fédérations affiliées n’ont pas la compétence d’interdire ou d’autoriser la pêche en pareilles circonstances » (…) et que « seuls les pouvoirs publics le peuvent ».

Le décret du 16 mars prévoit quant à lui que « seuls les déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l'activité physique individuelle des personnes... sont autorisés ».

En l'absence de plus de précisions, tout laisse penser que l'activité de pêche de loisir est de fait suspendue. Dans certains départements, des interdictions ont été mises en place la concernant. Dans la Somme, en l'absence de dispositions spécifiques, la pêche peut être pratiquée à condition d'entrer dans le cadre du décret du 16 mars, selon la fédération de la Somme pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Pour son directeur, Aryendra Pawar, les coups de fil sont nombreux depuis quelques jours : « On a beaucoup de questions et on marche sur des oeufs ».

« Cette mesure est, en l'état, applicable jusqu'au 31 mars », précise de son côté la Fédération nationale pour la pêche en France.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde