Aller au contenu principal

La pêche de loisir sérieusement plombée par le coronavirus

Bien qu'elle s'exerce de manière individuelle, la pratique de la pêche est elle aussi contrariée par les mesures de limitation des déplacements pour lutter contre le coronavirus.

© Pixabay

A peine ouverte – elle a débuté samedi 14 mars -, la saison de pêche dans les cours d'eau de catégorie 1 est déjà sérieusement compromise. La raison de cette remise en cause n'est tant le peu de poissons rencontrés dans les cours d'eau pendant les derniers jours, mais bel et bien les mesures de limitation des déplacements prises par le gouvernement pour limiter la propagation de l'épidémie de coronavirus.

Dans un communiqué daté du 18 mars, la Fédération nationale pour la pêche en France répondait aux interrogations « nombreuses » de ses adhérents sur la possibilité de continuer à exercer la pêche de loisirs. Pour faire simple, elle indique que « l'activité de pêche doit être suspendue dès lors qu'elle ne rentre pas dans le cadre du cadre du décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements ».

Son président Claude Roustan indique par ailleurs que « la Fédération nationale pour la pêche en France et ses fédérations affiliées n’ont pas la compétence d’interdire ou d’autoriser la pêche en pareilles circonstances » (…) et que « seuls les pouvoirs publics le peuvent ».

Le décret du 16 mars prévoit quant à lui que « seuls les déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l'activité physique individuelle des personnes... sont autorisés ».

En l'absence de plus de précisions, tout laisse penser que l'activité de pêche de loisir est de fait suspendue. Dans certains départements, des interdictions ont été mises en place la concernant. Dans la Somme, en l'absence de dispositions spécifiques, la pêche peut être pratiquée à condition d'entrer dans le cadre du décret du 16 mars, selon la fédération de la Somme pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Pour son directeur, Aryendra Pawar, les coups de fil sont nombreux depuis quelques jours : « On a beaucoup de questions et on marche sur des oeufs ».

« Cette mesure est, en l'état, applicable jusqu'au 31 mars », précise de son côté la Fédération nationale pour la pêche en France.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde