Aller au contenu principal

Chasse
La pratique de la chasse remise en cause par la peste porcine africaine

Placer des barrières pour ralentir les mouvements des sangliers, puis abattre les suidés sauvages : dans une récente étude, l’Anses ébauche une stratégie de lutte en cas de foyer de peste porcine africaine (PPA) dans la faune sauvage.

PPA et sangliers
: Selon l’Anses, la chasse doit être interdite en cas de détection de la PPA parce qu’elle provoque la dispersion des populations de sangliers.
© Pixabay

En cas d’arrivée de la peste porcine africaine (PPA) en France, l’Anses préconise, dans une étude publiée le 12 décembre, de « placer des barrières afin de renforcer la fragmentation de l’habitat », puis d’« abattre systématiquement les sangliers présents dans la zone infectée ». Une deuxième étape qui surviendrait « une fois que la maladie serait circonscrite dans une zone et que le nombre de contaminations deviendrait plus faible ». Comme le rappelle l’agence sanitaire sur son site web, « cette méthode a permis d’éradiquer la peste porcine africaine en Belgique et en République tchèque ».

L’Anses insiste aussi sur le « ramassage des carcasses » de sangliers trouvés morts, une « autre mesure importante pour éviter la contamination ». Dans son étude, menée avec l’OFB et l’Inrae/ENVT, l’Anses a modélisé la propagation de la PPA chez les sangliers dans deux zones : la frontière franco-belge (où la maladie était présente au moment du lancement de l’étude) et les Pyrénées-Atlantiques (où sont élevés de nombreux porcs en plein air).

Conclusion : en freinant le déplacement des sangliers, « la fragmentation des territoires est déterminante pour ralentir la propagation ». La maladie se dissémine donc moins vite à la frontière franco-belge, une zone « très morcelée, avec un territoire coupé par des routes et des villes », tandis que les Pyrénées-Atlantiques « comportent plus d’espaces naturels continus ». En revanche, la circulation de la maladie durerait plus longtemps en zone fragmentée : 2,6 ans en moyenne près de la Belgique, contre 1,6 an dans les Pyrénées-Atlantiques, avec un risque accru de transmission en élevage.

Nécessaire suspension de la chasse

Enfin, l’Anses rappelle l’importance d’interdire la chasse en cas de détection de la PPA, car elle provoque la dispersion des populations de sangliers. Dans l’exemple des Pyrénées-Atlantiques, la PPA « mettrait en moyenne 300 jours de plus à disparaître » en cas de poursuite des activités cynégétiques. Étant donné que la chasse est suspendue en cas de découverte d’un cas de PPA, ce scénario reste « plutôt théorique », explique Nicolas Rose, coauteur de l’étude et chef de l’unité Épidémiologie du laboratoire Anses de Ploufragan-Plouzané-Niort. À une exception notable : « Si la contamination des sangliers passe inaperçue et donc que la maladie est détectée très tardivement. » La France est actuellement indemne de PPA, mais la maladie est présente en Italie et en Allemagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde