Aller au contenu principal

La Prospérité fermière étend sa collecte de colostrum

Après l'organisation de la collecte du colostrum dans les régions Hauts-de-France et Normandie, la coopérative d'éleveurs laitiers élargit sa zone d'approvisionnement à trois départements de l'est de la France.

Le colostrum est le premier lait des vaches après la mise-bas.
Le colostrum est le premier lait des vaches après la mise-bas.
© Pixabay

Unique groupe laitier à transformer le colostrum en France – elle opère déjà dans les départements des Hauts-de-France et de Normandie, la coopérative Prospérité Fermière l'élargit désormais à l'est de la France, a annoncé l'entreprise le 22 octobre. « Après la Normandie, nous inaugurons un nouveau périmètre de collecte de colostrum à tous les élevages de bovins laitiers des Vosges, Meuse et Meurthe et Moselle afin de couvrir notre zone de collecte de l’Atlantique à l’Est de la France », a annoncé Serge Capron, président de la coopérative laitière Prospérité Fermière.

Cette dernière collecte depuis plus de 15 ans l’excédent de colostrum de ses adhérents dans les Hauts-de-France puis en Normandie depuis 2019. 300 000 litres ont ainsi été collectés en 2020 chez plus de 1300 éleveurs-producteurs de colostrum. Prospérité Fermière vise une collecte de 400 000 litres environ à fin 2021 grâce à ce nouveau territoire élargi, toutes filières confondues (conventionnel, AB, ...).

Un complément de revenu pour les éleveurs

Pour les éleveurs, « c’est un complément de revenu non négligeable », assure l'entreprise, avant d'en donner les détails : « Selon la qualité du colostrum, de 0,8 €/L, il passe à 4 €/L maximum. Le meilleur colostrum récolté rapporte entre 15 à 19 € complémentaire par vache et par an sachant qu’une vache produit 7,5 litres de colostrum par vêlage en moyenne sur les 2 premières traites ».

Dans les départements des Vosges, de Meurthe-et-Moselle et de la Meuse, la collecte s'effectue en partenariat avec Union Laitière de la Meuse et la coopérative Seenorest Optival, pour l’organisation logistique. Elle devrait débuter le 15 novembre, via un protocole qui en garantit la traçabilité.

Le colostrum est transformé dans l’usine d’Ingredia de Saint-Pol-sur-Ternoise (62) pour être incorporé dans des compléments alimentaires comme les laits infantiles, des aliments fonctionnels comme compléments sportifs, des cosmétiques et en alimentation animale pour les animaux de compagnie comme d’élevage. Ils sont ensuite commercialisés dans le monde entier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde