Aller au contenu principal

La pulvérisation en Cuma : Oui, c’est possible

Un groupe d’agriculteurs en Cuma vient de faire le pas d’acheter en commun deux pulvérisateurs identiques. Interview de Christophe Messean, président de la Cuma.

Christophe Messean : «Avoir un pulvérisateur en commun demande une certaine organisation au sein du groupe. 
Les adhérents planifient, chaque lundi matin, les traitements à venir dans la semaine.»
Christophe Messean : «Avoir un pulvérisateur en commun demande une certaine organisation au sein du groupe.
Les adhérents planifient, chaque lundi matin, les traitements à venir dans la semaine.»
© © D. R.



La Cuma du Bois Robert, située à Baizieux, sur l’axe Amiens-Albert, est constituée de cinq adhérents. Cette Cuma a une panoplie élargie de matériels, puisque trois des adhérents sont en Cuma intégrale,  c’est-à-dire qu’ils ont tout leur matériel au sein de la Cuma. Les trois exploitations regroupent au total 600 ha avec diverses cultures, comme la pomme de terre de consommation, la betterave, les légumes industriels (pois et haricots) et des céréales. La Cuma met à disposition le matériel nécessaire pour la production de ces cultures.

Pourquoi avoir investi en Cuma ?
La réflexion est venue suite à la vétusté des pulvérisateurs des adhérents. Chaque adhérent avait son propre pulvérisateur sur son exploitation. On a donc choisi de renouveler les pulvérisateurs au sein de la Cuma, en acquérant deux pulvérisateurs identiques. Dans un premier temps, on a voulu le même matériel pour mettre en route l’ouvrier de la Cuma à faire les traitements. Le salarié de la Cuma prend le relais au niveau de la pulvérisation lorsqu’un des trois adhérents n’est pas disponible. Cela permet également de connaître parfaitement la machine pour réaliser les traitements dans des conditions optimales. On traite environ 5 000 hectares au total avec les différentes interventions réalisées sur les productions. C’est pour cela qu’on doit avoir la meilleure réactivité possible.

Comment s’organisent les adhérents ?
Avoir un pulvérisateur en commun demande une certaine organisation au sein du groupe. Les adhérents planifient, chaque lundi matin, les traitements à venir dans la semaine. Réaliser un point en début de semaine permet de se projeter sur les niveaux d’urgence des traitements en fonction des cultures, des conditions météorologiques, des seuils de nuisibilité, etc. Les pulvérisateurs sont situés sur deux sites pour une question pratique. Chaque site dispose d’une aire de remplissage pour la préparation des bouillies. Le rinçage est effectué dans le champ après chaque utilisation, mais qui peut être refait sur chacun des sites lors de changements de cultures (culture plus sensible que d’autres). Les pulvérisateurs permettent de rayonner sur un périmètre de 25 km. L’objectif est d’intervenir dans les meilleures conditions possibles. Le salarié de la Cuma réalise la maintenance des appareils pour garder la performance.

Qu’est-il important à programmer ?
Lors de l’achat, il faut penser à prendre en compte la date de livraison pour que celle-ci soit le plus possible en adéquation avec les dates d’implantation des cultures. D’autant plus lorsqu’on change de largeur de rampe. Il faut choisir le meilleur compromis, soit avant le semis de céréales, soit avant l’implantation des cultures de printemps.

 

Les plus
- Matériel récent
- Avoir des outils technologiques et performants
- Réduire les coûts de production (au niveau des intrants)
Les moins
- Etre très attentif aux rinçages
- Etre rigoureux au niveau du planning d’utilisation
- Délai de livraison sur ce type de matériel
- Le coût de l’investissement

 

Quelques points clés
- 3 adhérents sur l’activité
- 6 500 ha traités sur la campagne
- 12 km/h (vitesse d’avancement)
- 1 pulvé plein = environ 60 ha


Focus sur la machine : Amazone UX
Marque : Amazone
Modèle : UX 3 200
Année d’achat : 2018
Capacité : 4 200 litres
Largeur : 36 mètres
Buse : Antidérive / Bas volume / Multijets 7 filets (Azote liquide)
Option : fermeture de tronçon / GPS / Station de lavage embarquée / Essieu suiveur / Capteur d’inclinaison

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde