Aller au contenu principal

Hippisme
«La Route du poisson, c’est une semaine hors du commun»

Ce 17 septembre, quelques trois-cents chevaux de trait et les Hommes qui les conduisent se tireront la bourre lors de la mythique Route du poisson, qui relie Boulogne-sur-Mer à Paris. Parmi les douze équipes, Bienvenue les traits, composée de meneurs des Hauts-de-France, a toutes ses chances. Leur capitaine, Sébastien Vincent, ne louperait ça pour rien au monde. 

Quelques heures avant les premières épreuves spéciales, détente des meneurs et des chevaux sur la plage de Boulogne-sur-Mer.
© Bienvenue Les Traits - ASCT

«Il fallait pouvoir remettre cette grosse machine en route. C’est fantastique de l’avoir fait. La Route du poisson, c’est une semaine hors du commun.» À quelques heures des premières épreuves, Sébastien Vincent est excité comme un enfant avant de monter dans le grand huit. Le meneur isarien des Attelages de Sacy, bien connu en Picardie puisque membre de l’équipe de France d’attelage, est capitaine de l’équipe régionale Bienvenue les traits. Les soixante-dix membres de cette équipe et leurs douze paires de chevaux ont déjà prouvé qu’ils étaient performants. «On a gagné plusieurs fois la Route du poisson.»

Cette prouesse nécessite de multiples compétences. La course en relais de 24 heures entre Boulogne-sur-Mer et Paris, en passant par la Somme, rend hommage aux chasse-marées.  Ces anciens mareyeurs livraient le poisson et les produits de la mer en attelage jusqu’à Paris. Départ à 9h30 ce 17 septembre. Mais la compétition a démarré depuis mardi. Douze équipes s’affrontent sur sept épreuves dites spéciales, à la Maison du Cheval Boulonnais à Samer (62).  

«Mon rôle, c’est de former l’équipe la plus compétitrice possible. Il faut des chevaux performants pour chaque épreuve :
débardage, travail à la voie, traction en paire, maniabilité…
» Tiran et Dragée, ses deux Traits du Nord, sont taillés pour le débardage et le flobart en paire. Cette épreuve mythique de la Route du poisson consiste à haler sur le sable de la plage de Boulogne-sur-Mer un flobart (barque de pêche traditionnelle) sur
125 m, en ligne droite, au pas régulier et sans arrêt. L’originalité de la tâche n’est pas un problème pour ces deux chevaux habitués à la polyvalence. Sébastien travaille au quotidien avec eux. «Je fais beaucoup de travail agricole : labour, traction de péniche… J’ai aussi développé toutes sortes de prestations, comme les mariages, le ramassage scolaire, les fêtes locales, les défilés…»

 

Une histoire de passionnés

Le reste de l’équipe est composée, comme lui, de passionnés de chevaux de trait. Beaucoup sont des amoureux de la Route du poisson. Quelques-uns, cependant, participeront à leur première édition. C’est le cas de Jacques et Olivier Tronchon, père et fils, et de leurs hongres cobs normand nommés Gabin et Falco. «Ils sont sortis de pâture en août 2021 pour être débourrés. Ils sont entre nos mains depuis un an», commentent-ils sur la page Facebook de l’équipe. 

Sébastien Vincent a-t-il la pression, comme lors d’un championnat international d’attelage à quatre chevaux ? «Ça n’a rien à voir. On donne le meilleur pour réussir, évidemment. Mais on est surtout heureux de se retrouver entre amis. Le principal est de se faire plaisir.» Pour la performance, il faudra aussi «que les planètes soient alignées.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde